Archives de catégorie : Non classé

Programme du 15e congrès annuel de l’IMS-Paris 2018

TRUTH AND FICTION

VERITÉ ET FICTION

15e congrès annuel de l’IMS-Paris

28– 30 juin 2018

Amphithéâtre Dupuis

CENTRE MALHER

9 rue Malher, 75004 Paris

 

Thursday June 28 / Jeudi 28 juin

9:00-9:45        Registration / inscription

9:45-10:00      Welcome / Accueil

10:00-11:30    Keynote – Patrick BOUCHERON – « Vérité, véridicité et effets de vérité : la leçon des fables »

11:30-12:00    Break / pause café

12 :00-13 :30  Session 1: DISCOURS DE VERITE (HISTOIRE, DROIT, LITTERATURE)

 Présidence/chair: Catherine Croizy-Naquet (CERAM)

Henry Ravenhall – « Discours rapporté et la ‘vérité’ de l’histoire dans la Chronique du Pseudo-Turpin »

Claire Aracil-Donnat – Ja fable n’i metrai en pris, ançois m’en irai per le voir. Fiction et vérité dans les contes de la première Vie des Pères

Jolanta N. Komornicka – Ie suis morte et perdüe se vous ne m’aydez: Suborning Perjury in the Trial of Robert d’Artois

13:30-15:00 : Lunch/ Pause déjeuner

15:00-16:30    Session 2: GEOGRAPHICAL TRUTH & FICTIONS

Présidence/chair: Emmanuelle Vagnon (LAMOP)

Peter Leonid Checkin – Truth at the Margins of the Known World: La navigation de saint Brendan 

Levante Selaf – La Sicambrie – une ville flottante sur la mappemonde des historiens et des romanciers médiévaux

Margaretha Nordquist – Conflicting Mythscapes ? Truth and Fiction in Scandinavian Fifteenth-Century Chronicles as Regnal Narratives

16:30-17:00    Break / pause café

 17:00-18:30    Session 3:HAGIOGRAPHICAL TRUTH & FICTIONS

Présidence/chair: Bénédicte Milland-Bove (CERAM)

Karen Casbier – Truth, Fiction and (Un)Authorized Speech in the Marian Miracle Tales

Christelle Fairise – La place et le rôle des sagas hagiographiques dans la prédication de l’Église en Islande: l’exemple de la Maríu saga (XIIIe-XIVe siècles)

Raphaël Guérin – Fiction et croyance: l’usage de l’hagiographie apostolique dans le royaume de France (VIIIe-XIIe s.)

19:30              Dinner / dîner ; remise du prix de l’IMS-Paris 2018

 

Friday June 29 / Vendredi 29 juin

9:30-11:00      Keynote: Maureen BOULTON

11:00-11:30   Break/ Pause café

11:30-13:00    Session 4: VERITES PRE-GREGORIENNE/ PREGREGORIAN’S TRUTHS

Présidence/chair: Christiane Veyrard-Cosme (CERAM)

Simon Thomson – A cynocephalic cannibal from Canaan? Searching for ‘truth’ in the early medieval saint Christopher.

Michael Edward Moore – Truth and Violence in the Carolingian World

Amelie Claire Sagasser – La législation carolingienne vis-à-vis les Juifs – entre discours politique et réalité

 13:00-14:30    Lunch/ pause déjeuner ; board meeting

 14:30-15:30   Session 5: PHILOSOPHICAL TRUTH & FICTIONS

Présidence/chair: Lindsey Hansen (IMS-Paris)

Dinah Wouters – Hildegard of Bingen’s Textual Truth: Autoreferentiality and non-integumental Allegory in the Visions

Lawrence S. Want – Is Truth Higher than God?: Antinomic Ontology in Meister Eckhart and Marguerite Porete

 16:00-18:30    Symposium visit / visite (Bibliothèque de l’Arsenal)

Pour s’inscrire à la visite, utilisez le formulaire ci-dessous:

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSdr2Cx9vTRj_VNzyYtjdre7rUIpSyB4CkZhg0s7sVzMhtJWdw/viewform?usp=sf_link

 

Saturday July 30 / Samedi 30 juin

 10:00-11:30   Session 6: REVELATION DE LA VERITE/ REVEALING TRUTH

Présidence/chair:  Dominique Demartini (CERAM)

Francesca Canadé Sautman – Vérité, voile, Véronique: Véronique et la Sainte Face de Robert Campin (ca. 1378-1444)

Alexia Guzman – Le triomphe de la vérité dans l’exemplum 26 du Comte Lucanor de don Juan Manuel

Luke Giraudet – Between Rumour and Reality: Writing Truth in Fifteenth-Century Parisian Journals

11:00-11:30    Break / pause café

11:30-13:00: Assemblée Générale

13:00-14:30    Lunch/ pause déjeuner

14:30-16:00    Session 7: REVELATION DES SENSES / TRUTH AND THE SENSES

Présidence/chair: Valerie M. Wilhite (IMS-Paris)

Dafna Nissim – Converting the Fictive into Real: Pleasure Experience as Consolidating Component in Laval’s Book of Hours

Anne Ibos-Augé – L’intertexte lyrique est-il garant de vérité ? L’exemple des ‘romans à insertions’ au XIIIe siècle

 16:00-16:30: Fanny Madeline & Marie Dejoux: Conlcusion/Closing comments

19:00              Closing apéritif

=> Pour télécharger le programme en version pdf c’est ici

=> POUR VOUS INSCRIRE

Vous pouvez régler votre inscription en liquide directement le jour du colloque ou utiliser le formulaire du site de Helloasso

INSCRIPTION COLLOQUE IMS-PARIS 2018

Propulsé par HelloAsso

 

Ateliers IMS, Du manuscrit à l’imprimé, 15 janvier 2016, Résumés

La transition du manuscrit à l’imprimé

 Florence Bouchet (Université de Toulouse), « Du prologue (manuscrit) au discours préfaciel (imprimé) : éléments de continuité et de rupture »

L’ars artificialiter scribendi n’a pas révolutionné du jour au lendemain l’aspect et le contenu des livres. Cependant l’imprimeur ou le libraire, en tant que nouveaux acteurs dans le circuit de diffusion du livre, ont tenu à faire connaître leur « avis au lecteur ». À partir d’exemples tirés d’incunables et d’imprimés du 16e siècle, cette conférence montrera dans quelle mesure le discours préfaciel des imprimeurs/libraires a recyclé une partie du discours auctorial constitué en topique dans les prologues des manuscrits médiévaux, avant de développer des accents plus spécifiques.

 Irène Fabry-Tehranchi (British Library) « Les imprimés sur vélin d’Antoine Vérard : d’Ogier le Danois au Merlin enluminé par le maître de Jacques de Besançon (1498) »

Les éditions de luxe imprimées sur vélin et enluminées tiennent une place stratégique dans la production d’Antoine Vérard, puisqu’elles lui ont notamment permis de chercher l’appui de prestigieux patrons, y compris les rois de France et d’Angleterre. Nous proposons une comparaison de l’illustration de l’édition papier courante du Merlin de 1498, avec celle de deux exemplaires enluminés dans l’atelier du maître de Jacques de Besançon, l’un de ces ouvrages ayant appartenu à la bibliothèque du roi Henry VII. Nous aborderons la question du remploi des gravures et l’examen de l’ajustement ou de la création iconographiques opérés dans les objets hybrides que constituent les ouvrages imprimés sur vélin. L’étude de différents exemplaires du Merlin de 1498 sera mise en perspective par des références à la tradition manuscrite de l’œuvre et par des comparaisons avec des imprimés sur vélin d’Ogier le Danois, également publié par Vérard la même année, un ouvrage qui, dans sa version papier, utilise plusieurs gravures également remployées dans le Merlin.

Jane H M Taylor  (Durham University), « « Rondeaux, ballades, & autres telles episseries »: présence du Moyen Age dans quelques recueils lyriques de la Renaissance»

Qu’est devenue la poésie lyrique médiévale dans le monde de l’imprimerie? En 1501, pour son Jardin de Plaisance, Vérard pillait les recueils médiévaux existants pour fournir à de nouveaux lecteurs la fleur de la poésie surtout du XVe siècle, et il a été suivi par d’autres éditeurs et d’autres compilateurs convaincus, semble-t-il, que cette poésie que la Pléiade, prônant le renouvellement de la production poétique, devait plus tard déprécier, risquait tout de même de plaire à leurs lecteurs. Les Machaut, les Villon, les Charles d’Orléans ont fait les frais de l’édition tout au long du XVIe siècle – tant et si bien qu’à la toute fin du siècle, un petit rondeau de Charles d’Orléans plaisait toujours tant à Benoît Rigaud qu’il s’en est accaparé pour son Amoureux passe temps de 1582. L’indispensable Bibliographie des recueils collectifs de Frédéric Lachèvre nous permet dans une large mesure de localiser ces dernières traces de la poésie médiévale – mais comment cette poésie se lisait-elle? Dans cette communication, à partir surtout des paratextes – prologues, fictions éditoriales, juxtapositions, parfois illustrations et autres éléments scripto-visuels – je voudrais essayer de ré-imaginer la lecture que les éditeurs de la Renaissance, empruntant les restes de la poésie médiévale, préparaient à leurs lecteurs. Il s’agira bien entendu du Jardin de Plaisance, de la Chasse et départ d’amours, des Épistres de l’amant vert – mais aussi d’un certain nombre de ces recueils qui ont foisonné tout au long du XVIe siècle, tels Les Motz dorez de Pierre Grognet (1530), La Fleur de toutes joyeusetez (vers 1530), Le Recueil de tout soulas et plaisir (1552), Le Thrésor des joyeuses inventions (vers 1570).

Bibliographie – Empire

Empire carolingien:

– Colloque « Les Carolingiens dans le bassin mosan. Autour des palais de Herstal et de Jupille » (Herstal, février 2014).

– « Charlemagne : les temps, les espaces, les hommes. Construction et déconstruction d’un règne », en mars 2014.

– Raoul BAUER : Karel de Grote : een keizer op de grens tussen twee werelden, Leuven : Davidsfonds Uitg. 2013. 271 p.

– Johannes FRIED: Karl der Große. Gewalt und Glaube. Eine Biographie, München: Beck 2013. 736 p.

– Stefan WEINFURTER: Karl der Große. Der heilige Barbar, München: Piper 2013. 352 p.

– Steffen PATZOLD, Ich und Karl der Große. Das Leben des Höflings Einhard, Stuttgart: Klett-Cotta 2013. 407 p.

– Katalog Kaiser und Kalifen. Karl der Große und die Mächte am Mittelmeer um 800, hg. Stiftung Deutsches Historisches Museum, Darmstadt 2014.

– Die Zeit Karls des Grossen in der Schweiz. Landesmuseum Zürich, Ausstellung 20. September 2013 bis 2. Februar 2014, éd. par Markus RIEK, Jürg GOLL, Georges DESCOEUDRES, Sulgen: Benteli 2013. 327 p.

– Bernard S. BACHRACH, Charlemagne’s early campaigns (768-777): a diplomatic and military analysis, Leiden: Brill 2013 (History of warfare 82), 723 p.

– Martin GRAVEL : Distances, rencontres, communications : réaliser l’empire sous Charlemagne et Louis le Pieux, Turnhout : Brepols 2012 (Collection Haut Moyen Âge, 15). 467 p

– Geoffrey KOZIOL, The Politics of Memory and Identity in Carolingian Royal Diplomas. The West Frankish Kingdom (840-987). Turnhout: Brepols 2012. (Utrecht Studies in Medieval Literacy 19).

– Lutz E. von PADBERG, Christianisierung im Mittelalter, Darmstadt: Wissenschaftliche Buchgesellschaft 2006, 176 p.

– Lutz E. von PADBERG, Das Christentum als missionierende Religion. Missionskonzepte von Bonifatius bis ins späte Mittelalter, In: Credo. Christianisierung Europas im Mittelalter. Band 1: Essays, hg. Christoph STIEGEMANN, Martin KROKER, Wolfgang WALTER, Petersberg: Michael Imhof Verlag 2013, p. 130-139.

– Carine van RHIJN, Charlemagne’s correctio: A Local Perspective. Vortrag auf der Tagung « Charlemagne. Les temps, les espaces, les hommes. Construction et déconstruction d’un règne », DHI Paris, 26.3.2014

– Susan KEEFE, Water and the Word. Baptism and the Instruction of the Clergy in the Carolingian Empire, 2 vol., Notre Dame 2002.

– Susan KEEFE, A Catalogue of Works Pertaining to the Explanation of the Creed in Carolingian Manuscripts, Turnhout 2012 (Instrumenta patristica et mediaevalia 63), 402 p.

– Florence CLOSE, Uniformiser la foi pour unifier l’Empire. Contribution à l’histoire de la pensée politico-théologique de Charlemagne (Académie royale de Belgique, Mémoire de la classe des Lettres, Collection in-8°, sér. 3, Vol. 59.) Bruxelles, Académie royale de Belgique 2011.

– Owen M. PHELAN, The Formation of Christian Europe. The Carolingians, Baptism, and the Imperium Christianum, Oxford 2014.

 

Imperator hispaniae

– Cullinan Margaret, Imperator Hispaniae: the Genesis of Spain, Université de New York, 1975.

– Deswarte Thomas, De la destruction à la restauration. L’idéologie du royaume d’Oviedo-León (VIIIe-XIe siècles), Turnhout, 2003.

– Deswarte Thomas, « Le roi empereur de León vers l’an mil et deux diplômes “impériaux” interpolés de 922 » dans Patrick Henriet (ed.), Sacralités royales en péninsule ibérique: formes, limites, modalités (VIIe-XVe siècles), s.l., à paraître.

– Gambra Andrés, Alfonso VI: cancillería, curia e imperio, León, Centro de estudios e investigación « San Isidoro » (coll. « Fuentes y estudios de historia leonesa »), 1997, vol. 2/, 583 p.

– Isla Frez Amancio, Memoria, culto y monarquía hispánica entre los siglos X y XII, Jaén, 2006.

– López Ortiz José, « Las ideas imperiales en el medievo español », Escorial, 1942, VI, p. 43‑70.

– López Ortiz José, « Notas para el estudio de la idea imperial leonesa », La Ciudad de Dios, 1941, CLIII, p. 186‑190.

– Menéndez Pidal Ramón, El imperio hispánico y los cinco reinos. Dos épocas en la estructura política de España, Madrid, 1950.

– Menéndez Pidal Ramón, « Adefonsus imperator toletanus, magnificus triumphator » dans Historia y Epopeya, Madrid, Centro de Estudios Históricos, Impr. de Librería y casa editorial Hernando, 1934, p. 235‑262.

– Saitta Armando, « Un problema storiografico: l’impero spagnolo medievale », Rivista Storica Italiana, 1954, vol. 66, p. 240‑285 et 377‑409.

– Sánchez-Albornoz Claudio, « La idea imperial leonesa » dans España, un enigma histórico, Barcelone, 1991, p. 1087‑1100.

Compte-rendu de l’atelier Empires – 5 octobre 2015 (FR)

Le premier atelier de la série organisée par l’IMS-Paris pour 2015-2106 a débuté par une courte introduction de Fanny Madeline sur la thématique des Empires. C’est un objet de la recherche qui s’est beaucoup développé dans la seconde moitié du XXe siècle, dans le contexte de la guerre froide, mais les médiévistes sont longtemps restés à l’écart des renouvellements méthodologiques et épistémologiques qui ont donné une nouvelle ampleur à ce champ depuis les années 1980. Les approches des médiévistes ont surtout été de l’ordre de l’histoire intellectuelle (concept d’imperium) et leurs réactions face aux modèles d’empires utilisés pour faire une histoire globale de longue durée restent encore sceptiques. Mais les choses commencent à changer, comme le montre le choix de cette thématique à l’IMC Leeds en 2014. L’idée de cet atelier était de voir quels ont été les renouvellements historiographiques de cette thématique dans les études médiévales en France, en Allemagne et en Espagne principalement.

Premier intervenant : Julian Führer a soutenu sa thèse à Berlin sur Louis VI et la réforme canoniale (publiée en 2008), il enseigne actuellement à l’université de Zürich après avoir passé 2 ans à l’institut historique allemand de Paris, comme chercheur. Il est l’actuel président de l’IMS-Paris et prépare la publication des actes du colloque de l’IMS qui s’est tenu l’année dernière (2014) et qui avait pour thème Charlemagne après Charlemagne. Il présente aujourd’hui le résultat d’une recherche collective menée avec Marie-Laure Pain (Univ. de Paris-Ouest Nanterre) et Amélie Sagasser (EHESS / Univ. de Heidelberg) sur l’actualité historiographique de l’empire carolingien qui paraîtra dans un prochain numéro de la revue Médiévales. JF commence par présenter les grandes tendances de l’historiographie carolingienne depuis le XIXe siècle : en France comme en Allemagne cette histoire a d’abord servi l’écriture d’une histoire nationale. Côté français c’est moins Charlemagne que Charles le Chauve ou Clovis qui sont mobilisés comme figures fondatrices de « La France ». Côté allemand, volonté de germanisation de Charlemagne mais surtout de légitimer la forme politique de l’Empire (Reich) à l’ère des Etats-nations. Après 1945, c’est moins le Reich que la nation et davantage les Ottoniens que les Carolingiens qui intéresseront les historiens allemands. Depuis les années 2000 environ, le renouveau des études carolingiennes est présenté autour de 3 thèmes principaux : la figure de Charlemagne, l’organisation de l’empire et sa dimension chrétienne. Renouveau biographique surtout outre Rhin, ainsi qu’en Belgique, Italie, Pays-Bas, etc., mais étonnamment très peu en France où la biographie chez Fayard de J. Favier n’a toujours pas été remplacée. Concernant l’organisation de l’empire, les analyses des modes de gouvernement se sont faites en terme de réseaux et de modes de communication (logistique et mise en contact des hommes). Approches mises en œuvre plutôt outre atlantique avec l’histoire politico-militaire de B. Bachrach et thèse de M. Gravel. Intérêt également pour la culture mémorielle (Koziol) qui fait le lien avec thématique de la christianisation de l’empire. Les limites de l’empire Chrétien sont recherchées à travers l’étude de ses relations avec l’empire byzantin, le pape mais aussi avec les puissances musulmanes de la péninsule ibérique et du Proche-Orient, et de manière interne avec les Saxons (L. E. von Padberg). D’autres études s’intéressent à la question de l’approfondissement et de l’uniformation de la foi chrétienne à partir des pratiques et des rituels du clergé local (C. van Rhijn) et des réformes liturgiques et théologiques (S. Keefe, F. Close, O. M. Phelan). Conclusion sur le renouveau des études carolingiennes notamment grâce aux publications critiques de la documentation (lettres, cartulaires, annales, etc.) et à une ouverture aux approches comparatives de l’histoire globale.

La deuxième intervenante est Hélène Sirantoine, lectrice à l’université de Sydney depuis 2013. Elle publié sa thèse intitulée Imperator Hispaniae. Les idéologies impériales dans le royaume de Léon entre le IXe et le XIIe siècle à la Caza de Velasquez (2012). Elle travaille sur l’histoire politique et culturelle du royaume de Castille-León et à la manière dont la documentation diplomatique est utilisée dans l’élaboration et la communication d’idéologies soutenant les pouvoirs en place. Aujourd’hui elle revient sur une question qui l’a occupée de nombreuses années pendant sa thèse : le titre d’empereur qui fut utilisé par certains souverains léonais entre le IXe et le XIIe siècle. Un sujet qu’elle prolonge en l’intégrant dans une histoire comparative à l’échelle européenne sur la question des expériences impériales au Moyen Âge aux marges de l’Europe. Un travail qui devrait donner lieu également à un numéro thématique de Médiévales à paraître en 2016 ou début 2017. HS commence sont intervention en montrant des affiches touristiques des années 1960 avec le slogan en anglais : Spain is different, volonté d’exotisme mais aussi d’une récupération positive de la légende noire l’Espagne (pays qui aurait toujours tourné le dos au progrès : résistance aux empires carolingien et napoléonien, etc.) qui trouve un écho dans les milieux intellectuels à travers la valorisation d’un particularisme de l’histoire hispanique, à savoir le titre d’empereur que portèrent certains rois médiévaux d’Espagne. De fait, entre le IXe et le XIIe siècle, alors que commence la Reconquista, des souverains du León/Castille-Léon, de Navarre et d’Aragon (associés pour un temps au gouvernement de ce royaume léonais) ont porté le titre d’imperator hispaniae. Il s’agit cependant d’un phénomène irrégulier, relativement marginal au début, mais qui évolue et s’intensifie sous les règnes d’Alphonse VI de Castille-León (1065-1109) et d’Alphonse VII, son petit-fils (1126-1157) et prend une dimension idéologique plus élaborée : la titulature devient systématique sous son règne, il se fait couronner en tant qu’imperator, et diffuse l’image impériale par les sceaux, les monnaies, etc. Paradoxalement, à sa mort en 1157, le titre impérial hispanique disparaît brusquement, ne laissant qu’un souvenir. Souvenir qui va cependant alimenter un mythe historiographique dans l’Espagne des années 30-70 qui va donner lieu à un débat assez acerbe et très révélateur des tendances de l’historiographie espagnole d’alors. D’un côté, l’école « négativiste » distingue deux phases du phénomène impérial :1) sous la dynastie asturo-léonaise, l’idée impériale n’aurait été qu’une façon d’affirmer rhétoriquement le pouvoir et l’indépendance des souverains + caractère militaire de la monarchie ; 2) le titre impérial signifierait la volonté de suprématie de ces monarques sur les autres puissances de la péninsule, et il y a une imitation de modèles impériaux. De l’autre coté, les partisans de la thèse impérialiste, plus nombreux et prolixes, soulignent au contraire l’originalité et l’univocité du phénomène impérial hispanique tout au long de la période. Il y aurait eu une conscience partagée de l’unité, idéalement incarné par le royaume wisigothique du Haut Moyen Âge et qu’avait ruinée l’invasion musulmane de 711. Cette seconde école, menée par le grand philologue Ramón Menéndez Pidal dont la thèse fondatrice est publiée en 1950, a dominé l’historiographie de « l’idée impériale léonaise », la présentant un phénomène unitaire et univoque. Thèse qui devait également montrer l’originalité de l’Espagne dans la Chrétienté médiévale, malgré les problèmes méthodologiques et chronologiques induits par cette approche. En conclusion, il faut attendre la sortie du franquisme pour sortir du blocage historiographique, même si ce mythe impérial est celui qui fut le moins revisité au final, si ce n’est par les historien.ne.s étranger/ère/s.

Enfin la dernière intervention est faite à deux voix par Klaus Oschema d’une part, qui est professeur associé à l’université Ruprecht-Karls d’Heidelberg. Il a soutenu une thèse à l’EHESS et Dresde sur le concept de l’amitié et la proximité physique dans la Bourgogne médiévale qui a été publiée en 2006. Sa thèse d’habilitation, publiée en 2013, portait sur Les images de l’Europe au Moyen Âge. Et d’autre, part, Christoph Mauntel, qui a effectué sa thèse en 2013 sur La violence dans les mots et dans les faits à partir des récits et des pratiques de la France Médiévale. Il est depuis la rentrée en post-doctorat à l’université de Tübingen sur les savoirs religieux de l’Europe prémoderne. Leur intervention présente leurs recherches menées dans le cadre d’un projet d’histoire comparée entre Europe et Asie – Asia and Europe in Global context – au sein duquel il s’agissait de réfléchir à la pertinence de ce qu’on pourrait appeler des « méta-catégories » qui ont servi aux hommes de l’époque prémoderne pour structurer leur monde et notamment celles d’Empire et de Continent, qui sont des catégories à la fois politiques et géographiques.

Premier point : Etat de la recherche: L’historiographie allemande a longtemps négligé l’empire carolingien, préférant l’histoire des Ottoniens, des Saliens et Staufen, qui eux étaient vraiment « allemands » ! Période « glorieuse » de l’histoire de l’empire jusqu’à Frédéric II, ensuite quelques grands empereurs, mais globalement conscience d’un déclin. Pour la période entre la fin du XIIIe s. et la fin du XVe s., l’historiographie s’est donc plutôt tournée soit vers le développement de la théorie politique (Karl Ubl) et le décalage entre la revendication théorique d’une autorité universelle et les pratiques politiques réelles (M. Heidemann, M. Pauly, M. Kintzinger) ; soit vers l’histoire des principautés territoriales, comme les réactions suscités chez les princes allemands face à leur échec à imposer l’élection du roi des Romains comme mode effectif de désignation de l’empereur (E. Schubert, F. Rexroth). Ce renouveau historiographique a été marqué par la réévaluation du rôle des rituels politiques et leur valeur anthropologique d’une part : le cérémonial de l’élection a ainsi été revisité, ainsi que les visites et les rencontres entre l’empereur et les princes (M. Kintzinger, G. Schwedler B. Schneidmüller) ; et d’autre part, par les ouvertures transculturelles et le dialogue international entre chercheurs. « Empire » ne désigne plus uniquement l’empire romain ou germanique, mais peut aussi servir à désigner l’empire byzantin et le rôle joué par les Latins en Méditerranée (G. Jostkleigrewe, M. Carr, F. van Tricht, S. Burkhardt). Mais de nombreux usages d’empire ont tendance à utiliser ce terme uniquement de manière métaphorique, ex : empire angevin. Les hésitations sont encore importantes chez les médiévistes pour s’insérer dans le discours des sciences sociales qui ont pourtant apporté de nouvelles lectures du phénomène impérial ces dernières années.

2° résultats provisoires de ce projet. Il faut constater que s’il y a eu des revendications impériales en Europe jusqu’au XIIe siècle, en revanche, à la fin du Moyen Âge, aucune entité politique autre que le SERG ne s’appelait « empire ». Aujourd’hui, le mot « empire » apparaît comme un concept clé de la recherche actuelle, et ce notamment depuis le 11 septembre 2001. L’usage qui en est fait aujourd’hui par les historiens sert à la fois à décrire la politique expansionniste des états européens depuis le XVIIe siècle, mais aussi à écrire une histoire globale, à l’instar des travaux de F. Cooper et J. Burbank. Mais selon S. Howe, ces usages se posent problème par leur ‘diversité, leur imprécision et leur déformations idéologiques’. De fait, la volonté de s’accorder sur une définition commune du concept capable de décrire des situations historiques variées a conduit à exclure le SERG de cette définition d’« empire ». Certaines définitions actuelles amènent également à conclure qu’il n’existait pas d’empire au Moyen Âge (Vogtherr). Il apparaît donc indispensable de s’appuyer également sur une analyse lexicale du terme latin imperium pour contrebalancer cette définition « moderne » de l’empire. Deux références pour l’histoire du concept d’empire : R. Koebner et J. Muldoon, qui proposent également deux approches méthodologiques différentes (voir aussi R. Folz plus ancien) pour montrer la complexité et la diversité de ce concept au Moyen Âge. De fait, à côté du sens désignant l’empire romain germanique, le terme d’empire servait également à décrire et à qualifier des royaumes étrangers. Guibert de Nogent, par exemple appelle le Califat fatimide « l’Empire babylonien » (Gesta Dei per Francos). De même le franciscain Jean de Plan Carpin appelait le Khan des Mongols « empereur » dans le récit de son voyage (1245). L’analyse des contextes d’utilisation du concept d’ « empire » au Moyen Âge reste encore largement à faire. Dans le cadre du projet, une analyse a été celle de l’usage de ce concept dans des sources extra-européennes et ce qu’il nous donnait à voir du continent.

3°question de l’ « empereur d’Europe ». Si l’Europe n’est jamais devenue une notion politique dans l’Occident médiéval, elle l’a été pour les non-européens. Certes, on connaît depuis longtemps la désignation de Charlemagne comme pater Europae, selon l’expression de Léon III et la désignation de l’empire carolingien sous le terme Europe jusqu’au Xe s. Mais pour rencontrer l’expression imperator Europae il faut aller en Irlande (Annales d’Ulster et Chronicon Scottorum). A partir du XIIe siècle, l’Europe redevient un enjeu mais seulement pour l’empire d’Alexandre ou celui d’Arthur ou dans les visons apocalyptiques, car l’idée de suzeraineté sur toute l’Europe n’est plus qu’une revendication symbolique, le pouvoir réel s’étant progressivement organisé au sein des royaumes. En revanche, au XIVe siècle, une deuxième tradition fait surface au contact des peuples extra-européens, notamment face aux Mongols et aux Turcs qui assiègent « l’Europe » et qui font peser la menace d’un « empereur d’Europe ».

Fanny Madeline

Compte-rendu de l’atelier Empires – 5 octobre 2015 (EN)

The first of the 2015-2016 IMS workshops started with a short introduction by Fanny Madeline on the theme of Empire. This field of research developed considerably in the second half of the twentieth century in the context of the Cold War, but medievalists for a long time were outsiders to these methodological and epistemological renewals which have given impetus to the field since the 1980s. Approaches in medieval studies have been driven mainly by intellectual history (the concept of imperium), and medievalists are still wary of the models of empire that are involved in crafting an overarching, long-term history. Nevertheless things are changing, as the choice of this theme for the 2014 IMC in Leeds indicates. The purpose of today’s workshop is to explore new approaches to this theme in historical research in medieval studies, primarily in France, Germany, and Spain.

The first speaker: Julian Führer defended his thesis on Louis VI and the reform of the canons (published in 2008), and at present teaches at the university of Zürich after completing a 2-year research fellowship at the Institut historique allemand (DHIP) in Paris. He is currently President of the IMS-Paris, and is preparing the proceedings of the IMS symposium held in 2014 on the theme of Charlemagne after Charlemagne. Today he is presenting the results of collective research that was undertaken with   Marie-Laure Pain (Université de Paris-Ouest Nanterre) and Amélie Sagasser (EHESS / Universität Heidelberg) on current historical writing about the Carolingian empire. The volume is scheduled for publication in a forthcoming issue of the journal Médiévales.

Julian Führer began by describing the major trends in Carolingian historiography since the nineteenth century: in France, like in Germany this history served in the writing of national history. On the French side it was less Charlemagne himself than Charles the Bald or Clovis who were mobilized as founding figures of “France”. On the German side there was a drive to germanize Charlemagne, but more especially to legitimize the political form of the Empire (Reich) in an era of nation-states. After 1945 the focus of German historians was less on the Reich than on the nation, and more on the Ottonians than on the Carolingians. Since the 2000s, fresh work in Carolingian studies has centered on three main themes: the figure of Charlemagne, the organization of the empire, and its Christian dimension.

Biography has been renewed particularly on the other side of the Rhine, as well as in Belgium, Italy, the Netherlands, etc., but there has been very little of it in France, where the biography by J. Favier published by Fayard still has not been replaced.

Concerning the organization of the empire, analyses of modes of government have been undertaken in terms of networks and modes of communication (logistics and personal contacts). There have been approaches mainly on the other side of the Atlantic with the political-military history by B. Bachrach and thesis by M. Gravel. There has also been interest in memorial culture (G. Koziol), which bridges with the theme of the christianization of the empire.

The limits of the Christian empire are probed through the study of its relations with the Byzantine empire, the pope, as well as with the Muslim powers of the Iberian peninsula and Near East, and also internally with the Saxons (L. E. von Padberg). Other studies have focused on the question of strengthening and standardizing the Christian faith, examining the practices and rituals of the local clergy (C. van Rhijn) and liturgical and theological reforms (S. Keefe, F. Close, O. M. Phelan). This presentation on new directions in Carolingian studies concluded, in particular, with a look at critical editions of documents (letters, cartularies, annals, etc.) and considered ways of opening up to comparative approaches in history more generally.

The second speaker was Hélène Sirantoine, lecturer at the university of Sydney since 2013. Her thesis, Imperator Hispaniae. Les idéologies impériales dans le royaume de Léon entre le IXe et le XIIe siècle was published by the Casa de Velásquez (2012). Hélène Sirantoine works on the political and cultural history of the kingdom of Castile-León, and the way in which diplomatic documents are used in the elaboration and communication of ideologies that support the powers in place. Today she returns to a question that she devoted a number of years to while writing her thesis: the title of emperor which was used by some sovereigns of Léon in the eleventh and twelfth centuries. She has expanded this subject by including it within a comparative history on the European scale on the question of imperial experiences in the Middle Ages on the edges of Europe. Her work should also give rise to a thematic issue of Médiévales, to be published in 2016 or early 2017.

Hélène Sirantoine began by showing tourism posters from the 1960s bearing the English slogan Spain is different, connoting exoticism but also shifting away from the dark image of Spain (as a country that has always resisted progress: resistance to the Carolingian and Napoleonic empires, etc.), which has been echoed in intellectual milieus highlighting a particularity of Spanish history: the title of emperor used by some medieval kings of Spain.

Between the ninth and twelfth centuries, as Reconquista was underway, some sovereigns of León/Castile-León, Navarre, and Aragon (associated for some time with the government of the León kingdom) bore the title imperator hispaniae. Yet this occurred irregularly, and was a relatively marginal phenomenon at first, which then developed and intensified during the reigns of Alfonso VI of Castile-León (1065-1109) and Alfonso VII, his grandson (1126-1157), when it takes on a more significant ideological dimension: the style became systematic under his reign, he has himself crowned imperator, and disseminated the imperial image on seals, coinage, etc. Paradoxically, upon his death in 1157, the Spanish imperial title suddenly vanished, leaving only the memory of it.

This memory would nevertheless feed a historiographical myth in the Spain of the 1930s-70s, which would give rise to a debate that was rather bitter and revelatory of Spanish trends in historical writing of the time.

On the one hand, the ‘negativist’ school distinguishes two phases of the imperial phenomenon: 1) under the Asturias-León dynasty, the imperial idea was seen as a way of rhetorically asserting the power and independence of sovereigns + military character of the monarchy; 2) the imperial title was seen as signifying these monarchs’ desire for supremacy over other peninsular powers, with an emulation of imperial models.

On the other hand, partisans of the imperialist thesis, more numerous and loquacious, on the contrary emphasized the originality and univocality of the Spanish imperial phenomenon all throughout the period. It was perceived that there was a shared conscience of unity, ideally embodied by the Visigothic kingdom of the early Middle Ages, which the Muslim invasion destroyed in 711. This school, led by the great philologist, Ramón Menéndez Pidal, whose foundational thesis was published in 1950, has dominated historical writing about the “León imperial idea”, presenting it as a unified, univocal phenomenon.

A thesis which was also to highlight the Spain’s originality within medieval Christendom despite the methodological and chronological problems this approach poses.

In conclusion, we have to wait for Francoism to be over before seeing an end to this historiographical impasse, even if the imperial myth is the one that has attracted the least attention were it not for foreign historians.

The last paper was given by two speakers: Klaus Oschema, associate professor at the Ruprecht-Karls university in Heidelberg, defended his thesis at the EHESS and Dresden on the concept of friendship and physical proximity in medieval Burgundy. It was published in 2006, followed by his habilitation thesis, in 2013, on the subject of Les images de l’Europe au Moyen Âge (‘Images of Europe in the Middle Ages’). Christoph Mauntel, who completed his thesis in 2013 on La violence dans les mots et dans les faits (‘Violence in words and in deeds’) based on narratives and practices in medieval France. In this term he has started a post-doctorate at the university of Tübingen on religious knowledge in pre-modern Europe.

Their presentation set forth the research they have conducted as part of a comparative history project– Asia and Europe in Global context – where the purpose is to consider the pertinence of what might be called the “meta-categories” that pre-modern people used to structure their world, in particular the meta-categories of Empire and Continent which are both political and geographical.

First point: the state of research

German historical research has long neglected the Carolingian empire, concentrating instead on the history of the Ottonians, Salians, and the Staufen, who were really “German”! There was a “glorious” period of the history of the empire up to Frederick II, and then a few great emperors, but overall one is conscious of a decline. For the period between the end of the thirteenth century and the end of the fifteenth century, historical writing has therefore turned more toward the development of political theory (Karl Ubl) and the gap between theoretical claims to universal authority and actual political practices (M. Heidemann, M. Pauly, M. Kintzinger); or toward the history of territorial principalities, such as the reactions of German princes in the light of their failure to impose election of the king of Romans as an actual way of choosing the emperor (E. Schubert, F. Rexroth). This renewal of historical research has been characterized by a reassessment of the role of political rituals and their anthropological value: the ceremonial of the election has thus been reexamined, as have the visits and encounters between emperor and princes (M. Kintzinger, G. Schwedler B. Schneidmüller). Another trend draws upon cross-cultural exchanges and international dialogue among scholars. Empire no longer designates only the Roman or Germanic empires, but may also serve to designate the Byzantine empire and the part the Latins played in the Mediterranean (G. Jostkleigrewe, M. Carr, F. van Tricht, S. Burkhardt). The term ‘empire’ furthermore tends to be used metaphorically, for example as in the Angevin empire. There is still significant hesitation on the part of medievalists to rally to the discourse of the social sciences, which have nevertheless contributed new readings of the imperial phenomenon over the past years.

Second point: provisional results of this project

It must be noted that while there were imperial pretensions in Europe up to the twelfth century, at the end of the Middle Ages no political entity other than the Holy Roman Empire of the German Nation (HRE) was called an “empire”. Today the term “empire” appears as a key concept in current research, most particularly since 11 September 2001. The way historians are now using it serves both to describe the expansionist policy of European states since the seventeenth century, but also in writing global history, as in the work done by F. Cooper and J. Burbank. However in the view of S. Howe, these usages cause difficulties because of their “diversity, Impreciseness, and ideological deformations”. In fact, the desire to agree on a definition of the concept that is able to describe varying historical situations had led the HRE to be excluded from this definition of “empire”. Some current definitions also lead one to conclude that there was no empire in the Middle Ages (Vogtherr). It would also be indispensible likewise to consider lexical analysis of the Latin term imperium to counterbalance the “modern” definition of empire. Two references for the history of the concept of empire: R. Koebner and J. Muldoon, who also propose two different methodological approaches (see also R. Folz, less recent) to demonstrate the complexity and diversity of this concept in the Middle Ages. Along with the sense which designates the HRE, the term empire was also used to describe and qualify foreign kingdoms. Guibert de Nogent, for instance, called the Fatimid Califate “the Babylonian Empire” (Gesta Dei per Francos). Similarly, the Franciscan John of Plano Carpini called the Mongol Khan “emperor” in the narrative of his voyage (1245). Analyses of the contexts in which the concept of “empire” was used in the Middle Ages still need to be fleshed out for the most part. Within the framework of the project, one such analysis was made of the concept in sources outside of Europe and of what that enables us to see of the continent.

Third point: the question of the ‘Emperor of Europe’

Although Europe never became a political notion in the medieval West, it did for non-Europeans. It has long been known that Charlemagne was called pater Europae, in the words of Leo III, and also that the Carolingian empire was called Europe until the tenth century. But to come across the expression imperator Europae means going at least as far as Irish sources (Annales d’Ulster and Chronicon Scottorum). From the twelfth century on, Europe is once again an issue but only for the empire of Alexander or Arthur or in apocalyptic visions, because the idea of suzerainty over the whole of Europe is no longer anything but a symbolic claim, the real power being gradually organized within kingdoms. And yet in the fourteenth century, another tradition arises out of contacts with peoples from beyond Europe, notably the Mongols and Turks, who lay siege to “Europe” and give rise to the threat of an “emperor of Europe”.

Fanny Madeline

Translation Raeleen Chai-Elsholz

Compte-rendu de la séance « Animal », Campus Condorcet, 27 Mars 2015 (EN)

The first session of the IMS Paris 2015 workshop series was held March 27 at the Bibliotheque Interuniversitaire de la Sorbonne and ended with a visit of the Réserve where a few medieval manuscripts related to animals were exhibited under the supervision of curator Jacqueline Artier. With about 30 participants, the panel presented a range of new ways of thinking L’Animal in the Middle Ages. Irène Fabry-Tehranchi (University of Reading) and Fanny Madeline (CNRS) introduced participants and served as moderators for the event.

Opening the panel, Jacques Voisenet (Université Toulouse II) provided a history and a state of the field in Animal Studies in France, situating his own scholarship in a continuum of studies that have increasingly acknowledged the importance of animals as symbols across disciplines in Medieval Studies. Touching on groundbreaking works in “zoohistoire” such as Robert Delort’s work on the medieval fur trade and Les Animaux ont une histoire (1984), as well as shifts in thinking introduced by Jacques Le Goff’s approach to questioning the relation between image and text, Voisenet showed how early scholarship often focused on representations of the animal, rather than the sources and roots of such representations. In the medieval text, animals were viewed as submissive and part of an ordered system that was linked to origin stories; here animals are often ambivalently portrayed as natural or miraculous guides to heaven or hell. Providing examples, Voisenet touched on the early representation of animals in the works of Dhuoda, Augustine, Isidore of Seville, and bestiaries such as the Bern Physiologus, each of which sought to understand the role of animals through naming, categorization, signs, and metaphor, and speaking to the powerful ways in which animals served as exemplars in the medieval imaginary. He concludes that there is a host of vocabulary associated with animals – metaphoric, emblematic, allegorical, representational – which reflects a new system of emerging values at the close of the High Middle Ages.

Christopher Lucken (Université Paris VIII-Université de Genève) spoke next, looking to the representation of animals in the fable, the exempla and the farce, and using the poetry of twelfth-century Champenois trouvère Gilles de Vieux-Maisons as a starting point. Lucken spoke to the importance of naming in the Middle Ages, where to imitate Adam in naming God’s creatures not only speaks to the human’s ability to differentiate the self from the animal, as well as to ‘know’ through naming, it likewise echoes divine creation and dominates the named subject. For Lucken, animals were perceived in three senses in the Middle Ages: like humans, though without language and essentially different; of its own distinct category along with the vegetal and the human; or completely ignorant, without reason, thus bête or brute. Speaking to Isidore de Seville’s influence as well, Lucken focused on the need to categorize animals during the Middle Ages in order to better understand the category of ‘human,’ where language serves as a means of distinguishing what is essential to humanity, despite the fact that man can ultimately be reduced to an animal state as well. Ending with Aristotle to Boethius’ consideration of logos within the human experience, Lucken brought to light the porosity of the frontier between man and animal, whether expressed in philosophy or through the trouvère’s verse.

Susan Crane (Columbia University) spoke next, evoking a paradigm shift happening in the field of Animal Studies today. Citing recent trends in the field, Crane notes a growing interest beyond a consideration of symbolic and representational studies on animals to more conceptual questions which interrogate ethical, ecological, and cognitive aspects of the medieval animal. While a classical approach may read humans as distinct and superior to non-human animals, she notes that theorists such as Bruno Latour resist this binary, seeking to move beyond modern categories of nature/culture and animal/human. Pointing to Augustine’s writing, Crane evokes some of the ethical questions around human-animal relations which have yet to be explored, asserting that literary and philosophical questions about animal sentience, cognition, or suffering demand further inquiry. Indeed, Crane suggests there is much to be gained in shifting our focus from figurations of animals to their lived experience and living attributes, as well as the dynamic of human-animal encounters within a given social structure. While animal miracles are often dismissed in scholarship, Crane explored one of the ways in which animal interactions are preserved and prioritized in the medieval text as demonstrated in the collection of Geoffrey of Burton’s Life and Miracles of St. Modwenna (Oxford, 2002). Here, Crane shared her reading of the miraculous story of “The Wolf and the Cow,” which seeks to move beyond the symbolic representation of animals in relation to humans to an understanding of medieval perceptions of inter-species behavior. As such, Crane linked the ‘miraculous’ changes in canine behavior, as well as the shifting interactions between dog, wolf, and cow, with real techniques in medieval animal herding and domestication which still exist today.

Pierre-Olivier Dittmar (EHESS, Paris) presented last, examining the interface between historicity and animalité for the modern scholar. Dittmar contends that our modern approach is undeniably influenced by the naturalization movement of the eighteenth century, which definitively divided man and animal into separate categories, and which ultimately defined the animal as the negative projection of the human. As such, we are given to the idea that the animal has no history; a groundhog today is the same it was in the fourteenth-century. Beyond being a relatively modern perspective, this idea of the ahistorical animal likewise serves a range of conservative views of sexuality when tied to the “animal,” where for example, the man “naturally” hunts and the woman “naturally” raises offspring. Instead, Dittmar insists scholars should think beyond these modern paradigms, and looks to animal anthropology as a field with great potential in doing so. The history of the economic exploitation of animals, for instance, continues to remain one dimensional, with Dittmar observing that humans and animals are rarely studied together in anthropology. Like Crane, Dittmar concludes by insisting that scholarship move beyond the symbolic analysis of animal representation in the text, noting the way in which the animal is jettisoned in French scholarship. Instead, he suggests scholars consider animals from an ontological perspective, (re)considering them rather as interlocutors, individuals, and actors in various facets of medieval society.

Rachel D. Gibson (University of Minnesota)

Campus Condorcet : Présentation des ateliers 2015

PRINTEMPS 2015

Affiche Regards croisés printemps 2015

Ateliers organisés au printemps 2015 :

– Susan Crane (Columbia, NY),

– J. Voisenet (Univ. Toulouse),

– P.-O. Dittmar (EHESS),

– C. Lucken (Univ. Paris 8)

– R. Brown-Grant (Univ. of Leeds),

– J. Foehr-Jansens (Univ. Genève),

– D. Lett (Univ. Paris 7)

– A. Paupert (Univ. Paris 7)

– H. Maguire (Johns Hopkins University),

– J. Wirth (Université de Genève)

– P. Boucheron (Université Paris I)

Campus Condorcet : Présentation des ateliers 2015-2016

ANNEE 2015-2016

affiche Regards croisés2016-def

Les 5 séances ont porté

lundi 5 octobre 2015. Empires. Séance coordonnée par Fanny Madeline (CNRS-Fondation Thiers/IMS). Avec :

– Julian Führer (Univ. Zürich), L’actualité historiographique de l’empire carolingien

– Hélène Sirantoine (Univ. Sydney): Spain is different’: l’imperator Hispaniae dans l’historiographie du XXe siècle et récente

– Klaus Oschema et Christoph Mauntel (Univ. Heidelberg), Empire(s) au-delà de l’Empire – concepts et phénomènes à la fin Moyen Âge 

Vendredi 15 janvier 2016: La transition du manuscrit à l’imprimé. Séance coordonnée par Irène Fabry-Tehranchi (British Library/IMS) et Maud Perez-Simon (Paris 3). Avec :

– Jane Taylor (Durham University), Rondeaux, ballades, & autres telles episseries »: présence du Moyen Age dans quelques recueils lyriques de la Renaissance’

Florence Bouchet (Université Toulouse II) Du prologue (manuscrit) au discours préfaciel (imprimé) : éléments de continuité et de rupture

– Irène Fabry-Tehranchi (British Library/IMS) Les imprimés sur vélin d’Antoine Vérard d’Ogier le Danois au Merlin enluminé par le maître de Jacques de Besançon (1498)

Vendredi 4 mars 2016:Littérature et droit. Séance coordonnée par Christopher Lucken (Paris 8), avec:

– Claude Gauvard (Univ. Paris 1), La littérature peut-elle être une
source pour l’historien de la justice ? L’exemple français vers
1350-vers 1420.

– Bernard Ribémont, (Univ. Orleans) Juslittera ; un programme de
recherche sur les représentations du droit et de la justice dans l’art
et la littérature (Moyen Age-XVIIIe s.).

– Laetitia Tabard, (Univ. Du Maine), Le procès : modèle ou repoussoir
du débat poétique ?

Vendredi 8 avril 2016.L’histoire environnementale. Séance coordonnée par Fanny Madeline (CNRS-Fondation Thiers/IMS). Avec :

– Pierre-Olivier Dittmar (EHESS) Approches anthropologiques de l’environnement médiéval. (TBC)

– Daniel Curtis (Utrecht), The Shock to Reinvigorate Medieval Economic History

– Corinne Beck (Valenciennes), De l’histoire rurale à l’histoire environnementale.

Vendredi 27 mai 2016. Le chant liturgique: La transition entre la réception passive et active du chant de Rome pendant le haut Moyen Age. Séance coordonnée par Kristin Höfener (IMS). Avec :

– Andreas Haug (Würzburg), Historiographie des textes et mélodies des chants liturgiques à l’époque carolingienne et de l’élaboration du cantus novus.

– Daniel Saulnier (Tours), Histoire de la sémiologie grégorienne depuis le XIXe siècle.

Compte-rendu de la séance « Image », Campus Condorcet, 29 mai 2015

The International Medieval Society workshop of 29th May 2015, Image in Medieval Studies, was held at the Maison de la Recherche of Université Paris 3, Sorbonne Nouvelle and was introduced by Irène Fabry-Tehranchi (University of Reading) and Maud Pérez-Simon (Université Paris 3).

Henry Maguire of John Hopkins University focused on Byzantine religious art, particularly depictions of St Anne and the Immaculate Conception. Of especial interest was Maguire’s reference to the use of nature in such imagery, which was traditionally absent in portrayals of the conception of Jesus, due to the supernatural and unworldly nature of the event. The introduction of natural elements was exceptional, and in a similar way, the depiction of strong emotions, which would not have been deemed fit for sacred figures, was introduced with a different chronology in texts and images. Maguire referenced the work of Byzantine homilists and notably the Emperor Leo VI, explaining the superior significance of the conception of Jesus, as a miracle preceded by an earlier miracle.

The second speaker, Jean Wirth (University of Geneva), spoke on Roman and Gothic architecture at the end of the Middle Ages, emphasising the rhetoric of images and the use of similar rhetorical figures in text and images. This paper made especial note of the image of Christ and the Apostles at Ravenna, together with a portrayal of the Apostles at the Transfiguration, in which they are depicted as sheep. Through this study of image, Wirth demonstrated how the use of image can be more important to rhetoric than text itself. This was particularly illustrated through the observations on the way in which images could be juxtaposed as an example of equivalence, and the use of sirens within medieval religious art, thus using seduction as an aid to faith.

The final paper, given by Patrick Boucheron (Université Paris I), concentrated on the political use of narrative and language in art, in the late Middle Ages and in Italy. Boucheron showed an especial interest in the relationship between the scholastics and architecture and the later development of humanism. Boucheron spoke particularly of the importance of the public display of images and, like Wirth, commented on the significance of the link between image and language within the Middle Ages and early Renaissance.
The later discussion included a lively exchange between Jean Wirth and Jean-Claude Bonne.

Jennifer Markey, University of Bristol

Compte-rendu de la séance « Le Genre / Gender », Campus Condorcet, 10 avril 2015

The International Medieval Society workshop on Gender in Medieval Studies was held at the American University in Paris and moderated by Irene Fabry-Tehranchi (university of Reading) and Anna Russakoff (American University in Paris).

Professor Didier Lett, from Université Paris VII began the first talk: a captivating introduction to gender from a French perspective. He said that there is still a real shortage of French historians working on this topic, and that after a brief surge in interest in the years 2000, gender studies have again recently seen a slump. This is possibly because of tensions on the French political scene surrounding the legalisation of marriage and adoption for same-sex couples in 2013, opposed by conservative groups criticising what they call ‘la théorie du genre’.

Similarly, when discussing a core problem of how gender is viewed amongst French academics, he warned that many wrongly presume studies of gender to be the same as studies of the history of women. Lett stated that this misconception may be why there are negative connotations of those who study gender; he jokingly despaired of those who had heard his research interests and asked him, “Why? Are you a feminist?” This political link has to be rejected, he argued, because including analysis of gender is a vital tool for academics of the Middle Ages. He warned, however, that this tool through which we can consider and analyse aspects of medieval societies, should not be used in isolation but within its context, alongside other factors such as position and status in society. Lett gave the example that a female slave should not be considered on the same terms as a noblewoman, just on account of their gender.

Next to present was Professor Rosalind Brown-Grant from Leeds University. This was a perfect paper to follow on from Lett’s as Prof. Brown-Grant gave an introduction from a British perspective, explaining that the last thirty years have seen a huge development of work on gender in Anglophone social history. Drawing our attention to studies analysing gender in medical, legal and literary contexts, she explained that the experience of studying gender in France simply does not match the recent trends in Anglophone publications and trends. Interestingly, Brown-Grant also underlined the importance for context in studying giving the example of how a young single male would have had completely different aspirations and responsibilities to a married man; just like now, gender is not the only category that should be considered when analysing society. She then turned her talk to Christine de Pisan, known for her pioneering texts on women’s position within society. Her conclusion that de Pisan thought men and women were different but all equal in terms of their humanity was fascinating, as it underlined just how far debates and views on gender roles and distinctions were as alive in the Medieval period as they are now.

Codex Manesse Bernger von Horheim

Professor Yasmina Foehr-Janssens from Geneva University continued the workshop, considering the different ways that gender can be used as a tool in analysing medieval literature, such as analysing the different roles the authors gave women and by studying the ways in which women were categorised in medieval literature. Importantly, again it was highlighted that context is essential, a real theme that came out strongly from all speakers; Foehr-Janssens gave an example of this from her research, which has focused on the social choices made by widows and single women, such as some widows actively deciding not to remarry to preserve authority and independence. This highlighted what all of the speakers cautioned against: gender is not an isolated concept.

The last paper came from Professor Anne Paupert, from Université Paris VII, who, like Prof. Lett, reminded us just how underrepresented medieval women were in Francophone studies, due to both the skew in sources written by men and attitudes of many French academics. She too had been subject to confused academics asking her why she would want to research and publish on gender. She then went on to introduce the problems of “making women talk” in the Middle Ages, underlining important work on the different uses of certain grammatical features between male and female speakers in literature.

All four academics then participated in a round table discussion. What was fascinating was the difference in experience across the room to the central theme of the workshop; Lett said that some young academics are reluctant to define themselves as ‘feminists’, as that word tends to have negative connotations, whereas an American academic pointed out that gender studies have now become more specialised. For example, Yasmina Foehr-Janssens’ current research is on motherhood, and on the ways in which medieval society thought about breastfeeding.

When concluding the workshop, we talked about ways to move forwards with such a gap in experience. Paupert repeated her concern that it is not important to be a specialist in gender, but that it is a vital tool which should be used by everybody. Brown-Grant concluded that it is important to show students just how relevant studies of gender in the Middle Ages are still relevant to today’s debates and representations.

Charlie Crouch (University of Reading)

Compte-rendu de la séance « Animal », Campus Condorcet, 27 Mars 2015 (FR)

Cette première séance de la série d’ateliers proposés par l’IMS-Paris, qui réunissait une trentaine de participants, a eu lieu le 27 mars 2015 à la Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne. Elle a réuni Susan Crane (Columbia, NY), J. Voisenet (Univ. Toulouse), et P.-O. Dittmar (EHESS), C. Lucken (Univ. Paris 8) et s’est terminée par une visite de la Réserve où quelques manuscrits médiévaux en lien avec le thème des animaux nous ont été présentés par la conservatrice Jacqueline Artier.

Les intervenants composaient un panel d’historiens et de littéraires représentant les nouvelles manières de penser l’animal au Moyen Âge. Irène Fabry-Tehranchi (université de Reading, UK) et Fanny Madeline (CNRS) ont introduit les intervenants et ont modéré la session.

En ouverture, Jacques Voisenet qui a fait sa thèse à l’université de Toulouse II a offert une histoire et un état du champ des études sur les animaux telles qu’elles se sont faites en France depuis les années 1980, en situant son propre travail dans la continuité de ces travaux, qui n’ont cessé de reconnaître l’importance croissante des animaux quelques soient les disciplines étudiant le Moyen Âge. L’origine de ce champ remonte, selon lui, en France aux travaux sur la « zoohistoire » tels quels ceux de Robert Delors sur le commerce des fourrures médiévales et à la parution de Les Animaux ont une histoire (1984), puis de nouvelles approches se sont développées à la suite des travaux de Jacques Le Goff qui questionna notamment la relation entre l’image et le texte. Voisenet évoqua ensuite les premiers travaux des historiens qui furent surtout consacrés aux représentations de l’animal, plutôt qu’aux sources et aux origines de ces représentations. Dans le texte médiéval, les animaux étaient vus comme dociles et comme faisant partie d’un système ordonné en lien avec la genèse, il y étaient souvent décrits de manière ambivalente comme naturels ou comme des guides miraculeux vers le ciel ou l’enfer. S’appuyant sur de nombreux exemples, Voisenet évoqua les premières représentations des animaux dans l’œuvre de Dhuoda, Augustin, Isidore de Séville et les bestiaires tels que le Physiologus de Berne (Burgerbibliothek, Codex Bongarsianus 318). Chacun d’entre eux pensaient comprendre le rôle des animaux à travers des typologies, des catégorisations, des signes et des métaphores qui illustrent toujours de manière puissante à quel point les animaux colonisaient l’imaginaire médiéval. Il conclut sur le fait qu’il y avait un vocabulaire extrêmement varié associé aux animaux – métaphorique, emblématique, allégorique, représentationnel – qui se diversifia à la fin du haut Moyen Âge, reflétant l’émergence d’un nouveau système de valeurs.

Bestiaire d’Oxford. MS. Ashmole 1511, fol. 1

Christopher Lucken (Université Paris 8/Genève) prit ensuite la parole et proposa de regarder les représentation des animaux dans les fables, les exempla et les farces en prenant comme point de départ des passages d’un poème du trouvère champenois Gilles de Vieux-Maisons (nom de l’œuvre à préciser). Il parla ensuite de l’importance qu’il y avait à nommer les choses au Moyen Âge, notamment parce que, à l’instar d’Adam qui eut pour mission de nommer les créatures de Dieu, c’est une capacité de l’homme qui lui permet de se différencier des animaux, ainsi de « savoir » en nommant. Cette capacité fait écho également à la création divine et à la domination du sujet nommé. Pour Lucken, les animaux étaient conçus de trois manières différentes au Moyen Âge : comme des humains, bien que sans langage et essentiellement différents ; comme une catégorie en soi, distincte de celle des végétaux et des humains, ou alors comme des êtres complètement ignorants, sans raison, des bêtes ou des brutes. En évoquant l’influence d’Isidore de Séville, Lucken a également insisté sur la nécessité de catégoriser les animaux au cours du Moyen Âge afin de mieux comprendre la catégorie d’ « humain », et c’est en ce sens que le langage constitue un mode de distinction entre ce qui est essentiel à l’humanité en dépit du fait que l’homme peut tout aussi bien être ultimement réduit à l’état animal. Enfin, il acheva son exposé avec Aristote selon les considérations de Boèce sur le logos qui constituerait un aspect inhérent à l’expérience humaine. Lucken met ainsi en lumière la porosité des frontières entre l’homme et l’animal telle qu’elle s’exprimait dans la philosophie mais aussi dans les vers des trouvères.

Susan Crane (Columbia University) prit ensuite la parole pour évoquer le changement de paradigme qui bouleverserait actuellement le champ des Animal Studies. Citant les tendances récents de ce champ, Crane fit remarquer l’intérêt croissant, au delà des considérations symboliques et des études sur les représentations des animaux, pour une approche plus conceptuelle qui interroge les aspects éthiques, écologiques et cognitifs des animaux médiévaux. Alors que les approches classiques considéraient les humains comme des êtres distincts et supérieurs aux animaux non-humains, elle évoqua le travail de théoriciens tels que Bruno Latour (Nous n’avons jamais été modernes, 1991) qui résistent à cette conception binaire en relativisant les catégories modernes de nature/culture et humain/animal. En reprenant l’œuvre de St Augustin, Crane analysa quelques questions éthiques autour des relations humain-animal qui n’ont pas encore été explorées, affirmant que les questions littéraires et philosophiques autour de la conscience, la cognition et la souffrance animales demandent encore à être étudiées. Pour Crane, en effet, il y a beaucoup à gagner en déplaçant notre regard des figurations animales vers leurs expériences de vie et sur ce qui les rend vivant, ainsi que vers l’inscription de la dynamique humain/animal au sein des structures sociales. Pour illustrer son propos, Crane développa un exemple issu de miracles d’animaux, alors que ceux-ci sont souvent exclus des analyses, pour montrer l’une des manières par lesquelles les interactions animales sont conservées et valorisés dans les textes médiévaux à l’instar de la collection des Vie et Miracle de Ste Modwenna de Geoffrey de Burton (Oxford 2002). Sa lecture de l’histoire miraculeuse du « Loup et de la Vache » cherche ainsi à aller au delà des représentations symboliques des animaux dans leurs relations avec les humains pour comprendre les perceptions qu’avaient les hommes du Moyen Âge des comportements inter-espèces. Ainsi, Crane établit un lien entre les changements « miraculeux » du comportement des chiens, ainsi que le glissement des interactions entre chien, loup et vache, avec les techniques réelles de dressage des animaux au Moyen Âge et de domestication qui existent encore aujourd’hui.

Pierre-Olivier Dittmar (EHESS, Paris) présenta en dernier ses analyses sur l’historicité de l’animalité conçue par les historiens modernes. Il affirma ainsi que notre approche moderne est indéniablement influencée par le mouvement de naturalisation qui débute au XVIIIe siècle et qui divise l’homme et l’animal en deux catégories séparées et qui définit ultimement l’animal comme le négatif de la projection humaine. Ainsi, nous avons donc l’impression que l’animal n’a pas d’histoire. Une marmotte aujourd’hui serait la même qu’au 14e siècle. Au-delà du fait qu’il s’agit d’une perspective relativement moderne, cette idée d’animal a-historique sert également toute une série de conceptions conservatrices de la sexualité lorsqu’elle est associée aux animaux, comme par exemple : l’homme est naturellement un chasseur tandis que la femme élève naturellement la progéniture du couple. Pour aller à l’encontre de ces conceptions, Dittmar insiste sur le fait que les historiens devraient penser au-delà de ces paradigmes modernes et considérer l’anthropologie animale comme un champ offrant de grandes potentialités pour réaliser ce changement de regard. L’histoire de l’exploitation économique des animaux, par exemple, continue à rester unidimensionnelle, et il fit observer que les humains et les animaux ont rarement été étudiés ensemble dans l’anthropologie. Comme Crane, Dittmar conclut en insistant sur le fait que les historiens ont commencé à regarder au delà des analyses symboliques et des représentations animales dans le texte, mais remarque aussi le fait que les animaux constituent le parent pauvre de la recherche historique en France. Il propose de revitaliser ce sujet en l’abordant de manière plus ontologique, en les reconsidérant plutôt comme des interlocuteurs, des individus et des acteurs des diverses facettes de la société médiévale.

Rachel D. Gibson (University of Minnesota)/ trans. F. Madeline

Adam et l’astragale. Essais d’anthropologie et d’histoire sur les limites de l’humain,  éd. P.-O. Dittmar avec G. Bartholeyns, T. Golsenne, M. Har-Peled et V. Jolivet,  Paris, Editions de la MSH, 2009.

S. Crane, Animal Encounters. Contacts and concepts in Medieval Britain, Pennsylvania Press, 2013.

Devenir-AnimalImages Re-vues. Histoire, anthropologie et théories de l’art, 6, 2009 (www.images.revues.org/88).

L’Humain et l’animal dans la France médiévale (XIIe-XVe s.) – Human and Animal in Medieval France (12th-15th c.), éd. I. Fabry-Tehranchi et A. Russakoff, Rodopi, Amsterdam-New-York, 2014. Compte-rendu dans CRMH.

Retour sur les sessions à Kalamazoo

Le cinquante-deuxième congrès de Kalamazoo a remporté un vif succès chez les médiévistes, une fois de plus. Et on peut en dire autant des sessions organisées sur place par l’IMS-Paris en partenariat avec le CESCM de Poitiers.

Les sessions consacrées au thème des signes dans leur rapport à l’identité/altérité ont donné lieu à sept présentations d’excellente tenue. Les intervenants, de formation et de spécialité différentes, ont su répondre à l’appel à communication avec originalité, abordant tour à tour l’identité sociale, religieuse et politique. Avec une grande cohérence, les sessions ont été l’occasion de mesurer combien les recours visuels de la culture médiévale jouent un rôle dans l’affirmation des identités et dans le rejet ou la stigmatisation de l’Autre. Dans l’image et dans le texte, les codes de ce que l’on voit disent ce qu’il faut entendre de ce qui est vu. Dans le cloître de Moissac (Kristine Tanton) ou dans les manuscrits de la traduction française du Rationale des divins offices (Pamela Nourrigeon), l’image définit l’appartenance à la communauté religieuse. Les exemples architecturaux évoqués par María Marcos Cobaleda proposent une image monumentale de l’identité spirituelle alors que le vêtement, avec ses ornements et leur évolution, associe le corps et l’être (Tina Anderlini). Les signes d’identité savent se montrer discrets parfois, comme dans le cas de la conduite chevaleresque évoquée par Steven Isaac, où le corps en mouvement et en posture devient image vivante d’un statut social, ou dans le cas des insignes épiscopaux déployés sur les tombes et les sceaux d’abbés. Dans tous les cas, le signe est bien au coeur d’un discours visuel, comme l’a montré Jerry Root à l’échelle des manuscrits montrant les images de la vie de saint Gilles.

Steven Isaac (Longwood University) lors de sa présentation à Kalamazoo

On ne peut que saluer la qualité des présentations des communicants qui, avec sérieux et enthousiasme, ont fait de ces deux sessions un très beau temps d’échange et de discussion. L’IMS-Paris tient à remercier tous les participants et le public nombreux qui invite déjà l’association à proposer de nouvelles sessions pour le Congrès de 2018.

Conférences de Meredith Cohen (Paris, mai 2017)

En mai, Meredith Cohen (UCLA), sera à Paris, en tant que directrice d’études invitée à l’EHESS.

Elle donnera un cycle de conférence dont voici le programme:

– « La Sainte-Chapelle et les Saintes-Chapelles » dans le cadre du séminaire d’Etienne Anheim, Commande et patronage. La production artistique dans les cours européennes (XIIIe-XVIe siècle)

Mercredi 17 mai 2017 – 17h-19h EHESS, 105 bd Raspail, salle 4.

 

– « Hiérarchie et ordre monumental. Un retour sur Panofsky ? » dans le cadre du séminaire Hiérarchies en Chrétienté médiévale

jeudi 18 mai 2017 – 15h-18H INHA, 2 rue Vivienne 75002 Paris, salle Mariette.

 

– « Past and Present, digitally reconstruct of the lost monuments of medieval Paris in 3D » dans le cadre des Lundis du numérique de l’INHA

Lundi 22 mai 2017, 18h-20h INHA, 2 rue Vivienne 75002 Paris, Salle Vasari.

– « Histoire de deux chapelles : la Saint-Chapelle de Paris et la Chapelle de la Vierge de Saint-Germain-des-Pré » dans le cadre de l’Atelier pédagogique

Mardi 23 mai 2017 – 15h-17h Musée national du Moyen Âge, 6 place Paul Painlevé – 75005 PARIS.

L’entrée aux séminaires est libre dans la mesure des places disponibles.

L’IMS sera à Kalamazoo dans quelques jours !

Comme c’est son habitude, l’IMS sera présent à Kalamazoo pour l’International Congress on Medieval Studies (11-14 mai 2017) et animera cette année trois sessions. Les deux premières, organisées en partenariat avec le Centre d’études supérieures de civilisation médiévale de Poitiers (France), seront consacrées aux marqueurs d’identité au Moyen Âge ; la troisième sera quant à elle dédiée au thème de la souffrance, en lien avec le sujet du prochain congrès de l’IMS.

Samedi 13 mai – 13h30 (session 428, en partenariat avec le CESCM) : Signs of Identity, Marks of Otherness: New Approaches to Visual Culture I

Thomas Lecaque, SUNY–Orange : A Bishop of War: Remembering Crusading Identity in the Cathedral of Le Puy

Steven Isaac, Longwood Univ. : William Marshal and Usama ibn Munqidh: Cross-Cultural Status Markers

Tina Anderlini, Independent Scholar : War on Fashion: The Use of Images and Marginalization against Fashion Phenomena  in the Twelfth and Thirteenth Century

Jerry Root, Univ. of Utah : Image, Sequence, Narrative: The Marks and Signs of Identity in the Illuminated  Manuscripts of the Theophilus Legend

Samedi 13 mai – 15h30 (session 480, en partenariat avec le CESCM) : Signs of Identity, Marks of Otherness: New Approaches to Visual Culture II

Kristine Tanton, Univ. of California–Los Angeles : Inscribed Capitals in French Romanesque Cloisters: Monastic Identity and Bounding Space

Anne Heath, Hope College : Mitre, Crozier, and Ring: Representations of Benedictine Abbots in the Late Middle Ages

Pamela Nourrigeon, Univ. de Poitiers : Think the Other through the Image: Anti-Jewish Discourse in the Medieval Manuscript

María Marcos Cobaleda, Instituto de Estudos Medievais, Univ. Nova de Lisboa : The Construction of the Identity of Islamic Societies throughout the Arts: Encounters and Confrontations in Late Medieval Mediterranean (Twelfth–Fifteenth Centuries)

Dimanche 14 mai – 8h30 (session 517) : Resplendent Pain

Meghan Nestel, Arizona State Univ. : Pain, Rapture, and Community in the Life of Saint Douceline

Andreea Marculescu, Univ. of Oklahoma : Painful Demons: Performance and Embodiment in Medieval Drama

Sarah Gillette, Western Michigan Univ. : “Jo sui tols desnaturés!”: Pain and the Medicalization of Lovesickness in the Thirteenth-Century Roman de silence

L’IMS-Paris a l’immense plaisir d’annoncer que Pamela Nourrigeon, docteur en histoire de l’art médiéval et membre du CESCM de Poitiers, est la lauréate du prix « Edwards Memorial Travel Award » décerné par l’organisation du Congrès. Nous invitons tous les médiévistes sur place à nous rejoindre pour ces trois sessions et rencontrer les membres de l’IMS-Paris à cette occasion.

Le programme complet du Congrès est disponible ici.

 

 

séminaire des doctorant.e.s du LAMOP

Voici le programme des doctorant.e.s du LAMOP
2016-2017

Organisatrices  :  Albane  Schrimpf  (albane.schrimpf@gmail.com),  Anne-Laure  Alard-Bonhoure (annelaure.alardbonhoure@gmail.com) et Cléo Rager (Cleo.Rager@univ-paris1.fr) .

Le séminaire a lieu les mercredi de 18h à 20h en salle Perroy. Chaque séance se divise entre une discussion autour d’outils ou d’expériences propres aux doctorants (30 à 45 minutes) et la présentation d’un domaine historiographique et de ses renouveaux (1h15 à 1h30).

Mercredi 28 septembre 2016 : Pot de rentrée

Mercredi 26 octobre
Atelier :  Léa  Hermenault et  Julie  Gravier  :  Discussion  sur  l’interdisciplinarité  autour  de  l’article  « Faire dialoguer  l’archéologie,  la  géographie  et  l’histoire :  retour  d’expérience  sur  quelques  enjeux  de l’interdisciplinarité entre ces sciences humaines et sociales », Archéo.doct, n°11, (à paraître).
Guillaume ROQUEFORT : « Construire en Pays d’Aude du X e  siècle au XV e  siècle : évolution technique des ouvrages civil et militaire ».

Mercredi 30 novembre
William BLANC : Présentation de l’ouvrage à paraître Le roi Arthur, un mythe contemporain, Libertalia, sortie 3 novembre 2016.

Mercredi 25 janvier 2017
Atelier : Retour d’expérience d’un jeune docteur : Mélanie Morestin-Dubois, « La rédaction de la thèse ».
Olivier DE  CHÂLUS : « Comprendre l’incidence qu’ont les voûtes dans le développement des techniques de construction au XIII e  siècle : pourquoi/comment ? Enjeux et approche méthodologique ».

Mercredi 22 février
Atelier :  Mathilde  Jourdan :  présentation  de  2  logiciels :  Evernote  (carnets  de  notes  virtuels)  et  Scrivener (logiciel de rédaction).
Cécile SABATHIER : « Relire le chantier médiéval : les enjeux récents de l’histoire de la construction ».

Mercredi 29 mars
Atelier : Retour d’expérience d’un jeune docteur
Mélissa BARRY « Between History and Literature : researching representations of ethnic and national alterity in late-medieval England as a historiographical challenge ».

Mercredi 26 avril
Séance  commune  avec  les  Apéritifs  de  l’IMS :  « historiographie  et  perspectives  de  recherches  anglo-saxonnes ».

Mercredi 31 mai
Atelier : André VITÒRIA, « Les post-doc et opportunités de financements à l’étranger »
Florie VARITILLE « Nice et ses princes : une ville à la lumière des histoires politique et urbaine ».

Un dimanche de juin (date précise à venir) : visite de Provins