Appel à communication – Symposium 2018

Appel à communications

15e congrès de la société internationale des médiévistes de Paris (IMS-Paris).

28-30 juin 2018

Vérité et fiction

 

En 2016, dans le contexte des élections américaines et du référendum sur le Brexit, les dictionnaires d’Oxford ont choisi de consacrer comme mot de l’année, l’expression « post-vérité ». Cette dernière visait à souligner la tendance des faits objectifs à être moins influents dans les choix des individus que l’appel à leurs émotions, y compris lorsque celles-ci étaient suscitées par des « faits alternatifs ». Ce rapport à la vérité, au mensonge et à la fiction, qui se déconstruit sous nos yeux, est pourtant un héritage de longue date, que l’on peut faire remonter au Moyen Âge. C’est pourquoi, il nous paraît nécessaire de sonder selon différentes approches comment ce rapport à la vérité et à la fiction s’est construit et manifesté au cours du Moyen Âge.

 

Un premier aspect concernera le nouveau rapport à la Vérité introduit par la réforme grégorienne. Au niveau philosophique et doctrinale, d’une part, l’idée de l’infaillibilité du Pape, « docteur de la vérité », est introduite par Grégoire VII, reprenant à son compte les paroles du Christ, disant qu’il était la vérité (via, veritas et vita). D’un point de vue liturgique et sacramentel, d’autre part, on pourra étudier la capacité de l’Église à imposer la doctrine de l’eucharistie comme transsubstantiation à la fois comme défi pour le sens commun et comme mystère pour l’entendement humain, et ce, malgré les démonstrations rationnelles les plus sophistiquées. Ici se noue en effet un rapport très particulier à la vérité, marqué par le recours à l’émotion et à une profonde dévotion, mais aussi par toute une construction intellectuelle rationnelle imposant la nécessité de l’acte de foi plutôt que celle de la vérification. Les communications pourront ainsi porter sur la manière dont la réforme grégorienne place la question de la Vérité au centre des exigences de la société : par la construction de cette « idéologie de la vérité », mais aussi et, surtout, par la mise en œuvre de dispositifs tels que la prédication – qui vient dire la vérité aux chrétiens – et la confession, qui introduit l’obligation à tout un chacun de dire la vérité pour le salut de son âme. On s’intéressera en particulier à la place et au rôle des fictions dans ces dispositifs (sermons, exempla, vita, etc.).

 

Un deuxième angle pour aborder cette thématique se concentrera sur le langage, les discours et les formes narratives qui avaient pour fonction de produire des effets de vérité. On pourra ainsi s’interroger sur les rapports entre histoire et littérature et leur ambiguïté par rapport à la vérité. Pas plus que les Grecs n’ont cru à leurs mythes, les hommes du Moyen Âge ne confondaient l’histoire et la fiction. Cependant, les récits historiques fictionnalisés qui se développent au XIIe siècle se voyaient créditer une certaine véracité, parce qu’ils offraient une manière de décrypter l’ordre social comme le rappelle Jean de Salisbury lorsqu’il écrit que « même les mensonges des poètes servent la vérité […]». Les communications pourront ainsi explorer les rapports entre vérité et fiction à travers la question des genres historiques et littéraires (roman, épopée, etc.) et des effets de vérité qu’ils produisaient en donnant un cadre de pertinence à partir desquels il était possible de croire aux faits relatés. Le poids de ces fictions historico-littéraires face à ce que Paul Veyne appelle « la doctrine des choses actuelles » pourra également être pris en compte.

Autres langages de vérité : le droit et la rhétorique qui viennent structurer le langage politique à partir du XIIe siècle. La rhétorique permet – entre autres – de contrôler le rapport entre l’auteur du texte et ses destinataires et de mettre en scène son statut de véridicité. On s’intéressera notamment à la manière dont la rhétorique associe étroitement la musique à la parole et utilise la métaphore comme moyen supplémentaire d’approcher la vérité. On pourra ainsi étudier la virtuosité des effets de vérité produit par le dictamen ou bien la quaestio scolastique, en tant que méthode permettant d’établir la vérité avec certitude, et la place de la fiction dans ces nouveaux langages politiques.

 

Un troisième aspect de cette question pourra prendre en compte le rôle des artefacts dans la production de ces effets de vérité et leur recours à des fictions. Selon saint Augustin, l’image n’est pas la vérité, mais le moyen de faire appréhender le vrai. L’esthétique qui en découle vise ainsi à rendre concrète des abstractions par des représentations particulières et individualisées. À titre d’exemples, on peut citer la perspective comme instrument de vraisemblance ou la technique du liant à l’huile qui permet l’exactitude du détail, dans le portrait comme dans les autres genres, tout en hybridant cette image vraie avec des formes symbolistes héritées des périodes antérieures.

Enfin dernier aspect des processus de véridiction qui auront une place dans ce colloque : la diffusion de l’enquête et le développement des procédures inquisitoires, en ce qu’elles illustrent un rapport nouveau à la vérité entretenu par les sociétés du Moyen Âge central. A partir du XIIe siècle, la généralisation de cette procédure, qui tend à marginaliser épreuves et ordalies, imposa la prestation du serment de vérité, mais surtout le témoignage ou bien l’aveu comme mode de preuve et comme moyen de connaître la vérité – vérité des actes authentifiés et des faits relatés lors de procès. On accordera un intérêt particulier aux usages et au statut des faits fictifs dans ces procédures inquisitoires, ainsi qu’à la manière dont les fictions sont démasquées à l’occasion de procès. La façon dont la participation des individus à l’enquête constitua tour à tour un instrument de légitimation du pouvoir laïc et ecclésiastique et un moyen de faire reconnaître leur propre vérité et interprétation des faits pourra également être explorée.

Cette diversité des thématiques entend permettre la participation de chercheuses et de chercheurs aux formations et aux domaines d’expertise les plus variés : historiens, historiens de l’art et du droit, musicologues, philologues, littéraires, spécialistes des sciences auxiliaires (paléographes, épigraphistes, codicologues, numismates)… Comme c’est l’usage, l’IMS-Paris se concentre prioritairement sur l’espace de la France médiévale, sans exclusivité cependant. En réunissant des propositions aussi diverses, le colloque de l’IMS entend poser un nouveau regard sur la notion de Vérité et son articulation avec celle de Fiction, dans la culture médiévale.

Les résumés de 300 mots maximum (en français ou en anglais) pour une communication de 20 minutes devront être envoyés à communications.ims.paris@gmail.com.

La date de clôture des formulaires de dépôt en ligne des résumés est le 24 novembre 2017.

Le processus de sélection de propositions sera effectué par un comité scientifique composé de Catherine Croizy-Naquet (Univ. Paris 3/CERAM), Marie Dejoux (Univ Paris 1/LAMOP), Lindsey Hansen (IMS) et Fanny Madeline (LAMOP/IMS) et Valerie Wilhite (Univ. of the Virigin Islands/IMS).

Cette procédure, très compétitive, s’effectue en préservant l’anonymat des propositions.

L’IMS-Paris fera connaître sa réponse par courriel dans le courant du mois de décembre. Les titres des communications retenues seront disponibles sur le site internet de l’IMS. Les auteurs dont les communications auront été sélectionnées prendront en charge leurs dépenses personnelles de voyage et leurs frais d’inscription au colloque (35 € par personne, 20 € pour les étudiants, gratuit pour les membres du LAMOP et du CERAM + frais d’adhésion à l’IMS-Paris 10 €).

L’IMS-Paris est une association interdisciplinaire et bilingue (français-anglais) créée pour favoriser les échanges entre les médiévistes qui effectuent des recherches, travaillent ou étudient en France. Pour plus d’informations sur l’IMS et le calendrier des colloques des années passées, merci de consulter notre site internet : http://www.ims-paris.org et https://imsparis.hypotheses.org

IMS-Paris Prix pour doctorants

La Société Internationale des Médiévistes propose un prix qui sera décerné pour la meilleure proposition de communication de la part d’un(e) doctorant(e). Le dossier de candidature qui sera envoyé à communication.ims.paris@gmail.com avant le 17 novembre 2017 comprendra :

1) la proposition de communication,

2) une esquisse du projet de recherche actuel (thèse de doctorat),

3) les noms et coordonnées de deux références universitaires.

Le lauréat sera choisi par le bureau de l’IMS-Paris et un comité de membres honoraires ; il en sera informé dès l’acceptation de sa proposition. Une prime de 150 € pour défrayer une partie des coûts d’hébergement et de transport à Paris depuis la France (350 € depuis l’étranger) lui sera versée lors du Congrès.

 

 

 

* * * * *

 

 

Call for Papers

15th Annual Conference of the International Medieval Society-Paris (IMS)

28-30 June 2018

 

Truth and Fiction

In the wake of the US presidential election and the Brexit referendum, the Oxford English Dictionary chose the expression “post-truth” as its word of the year. This expression underlines the growing tendency to dismiss objective facts in favor of impulsive—and often prejudicial—feelings, frequently supported by “alternative facts.” The contentious relationship between the truth and lies, or truth and fiction, which is currently playing out in the public arena has, in fact, a long-standing legacy—one which can be traced back to the Middle Ages. For this reason, this year’s IMS conference seeks to investigate the variety of different approaches to truth and fiction that existed in the Middle Ages.

One possible avenue of inquiry concerns new ideas of Truth introduced by the Gregorian reforms. On a philosophical and doctrinal level, the idea of the infallibility of the Pope, the “Doctor of Truth,” was introduced by Gregory VII who, taking up the words of Christ, contended that he was the Truth (via, veritas, et vita). From a liturgical and sacramental point of view, on the other hand, we can study contemporary tenets of Eucharistic doctrine as a challenge to common sense as a mystery of human understanding—albeit articulated in rationalist terms. Papers thus might address the manner by which the Gregorian reforms placed the question of truth at the center of the demands of society: by constructing this “ideology of truth,” but also—and above all—by implementing mechanisms like preaching, which spread Truth to Christians, and confession, which introduced the obligation to speak the truth. We are particularly interested in the place and the role of Fictions in these devices (sermons, exempla, vita, etc.).

A second approach to this theme is through language, discourse and narrative forms that aimed to produce a supposed truth. We could examine the relationships between literature and history and their ambiguity with respect to the truth. For example, fictionalized historical narratives throughout the medieval period were frequently thought to be true because they provided a means of decrypting the social order. As John of Salisbury wrote, “even the lies of poets served the Truth.” Papers might explore relationships between truth and fiction through the lens of historical and literary genres (novels, epics, etc.) and the ‘truths’ they produced, placing special emphasis on the way that it was possible to believe the facts related in these works. The importance of these historico-literary fictions—what Paul Veyne called “doctrine in the face of facts”—might also be taken into account.

Law and rhetoric also construct notions of truth. Rhetoric permits the control of the relationship between the author and the audiences of a text and the establishment of the status of a text as veridic, among other things. It can even create direct links between music and words, using metaphor as a means of approaching the truth. Papers could consider, for instance, the virtuosity of the effects of Truth produced by the dictamen or even the quaestio scholastique as a method for establishing Truth with certitude, as well as the place of fiction within these new political languages.

Images throughout the medieval period play a fundamental role in the construction or undermining of truth(s). According to Augustine, the image is not truth, but rather a means of understanding Truth. For him, the work of art renders abstractions concrete using representations hat are both specific and individualized. What is the art object’s role in dispelling truth or decrying falsehoods? Through what formal and material means does it achieve either? Papers might consider the use and forms of medieval diagrams, the role of the art object in spiritual form, etc.

Finally, the conference aims to examine the origins and development of interrogative procedures in the medieval period, in that they illustrate relationships with the truth maintained by medieval societies. We are especially interested in the uses and status of fictive facts in inquisitorial trials, the manner that fictions were revealed during trials, or even how the participation of individuals in inquisitorial trials was viewed as an instrument of legitimization of power and as a way of acknowledging those individuals’ own truths and interpretations of facts.

This great diversity of themes opens participation to researchers working in a variety of different fields and coming from a variety of backgrounds: historians, art historians, musicologists, philosophers, literary scholars, specialists in auxiliary sciences (paleographers, epigraphists, codicologists, numismatists)… While we focus on medieval France, compelling submissions focused on other geographical areas that also fit the conference theme are welcomed. In bringing together such diverse proposals, the IMS conference seeks to take a new look at the notion of Truth, its articulations, and its relationship with Fiction in the medieval world.

Abstracts of no more than 300 words (in French or English) for a 20-minute paper should be sent to communications.ims.paris@gmail.com. Each proposal should be accompanied by full contact information, a CV, and a list of the audio-visual equipment required for the presentation.

The deadline for abstracts is 24 November 2017.

Paper selections will be made by a scientific committee composed of Catherine Croizy-Naquet (Univ. Paris 3/CERAM), Marie Dejoux (Univ. Paris 1/LAMOP), Lindsey Hansen (IMS), Fanny Madeline (LAMOP/IMS), and Valerie Wilhite (Univ. of the Virgin Islands/IMS), as well as the members of the Board of Directors of the IMS.

Please be aware that the IMS-Paris submissions review process is highly competitive and is carried out on a strictly anonymous basis.

The selection committee will email applicants in mid-December to notify them of its decisions. Titles of accepted papers will be made available on the IMS-Paris website thereafter.

Authors of accepted papers will be responsible for their own travel costs and conference registration fees (35€ per person, 20€ for students, free for members of LAMOP and CERAM; 10€ membership dues for all participants).

The IMS-Paris is an interdisciplinary, bilingual (French/English) organization that fosters exchanges between French and foreign scholars. For more than a decade, the IMS has served as a center for medievalists who travel to France to conduct research, work or study. For more information about the IMS-Paris and for past symposium programs, please visit our websites: www.ims-paris.org and https://imsparis.hypotheses.org.

IMS-Paris Graduate Student Prize:

The IMS-Paris is pleased to offer one prize for the best paper proposal by a graduate student. Applications should consist of:

1) a symposium paper abstract

2) an outline of a current research project (PhD dissertation research)

3) the names and contact information of two academic referees

The prize-winner will be selected by the board and a committee of honorary members, and will be notified upon acceptance to the Symposium. An award of 350€ to support international travel/accommodation (within France, 150€) will be paid at the symposium.

Ateliers Campus Condorcet 2016-2017

Les techniques digitales au Moyen Âge

Cet atelier est proposé par l’International Medieval Society – Paris (www.ims-paris.org), en collaboration avec le LAMOP (UMR 8589 – CNRS/Paris 1), l’EA 173- CERAM de Paris 3 et l’EA 7322 de Paris 8 et le GAHOM (EHESS).

Coordination : Fanny Madeline (LAMOP/IMS), Maud Perez-Simon (Paris 3), Christopher Lucken (Paris 8), Pierre Olivier Dittmar (EHESS), Irène Fabry-Tehranchi (BL/IMS)

Dans le contexte actuel qui voit la numérisation de nos disciplines et le développement des humanités numériques (que les anglo-saxons appellent « digital studies »), une nécessité nouvelle s’impose aux chercheur.e.s en sciences humaines et sociales d’utiliser leurs doigts dans des espaces de travail désormais largement numérisés. Les études sur ce nouvel usage des doigts dans les pratiques cognitives commencent à émerger mais ne s’inscrivent que très rarement dans la longue durée. Or étudier la dimension anthropologique de l’usage des doigts dans l’art et les pratiques cognitives au Moyen Âge permet d’historiciser une dimension centrale de l’activité humaine pour mieux comprendre les transformations de nos propres pratiques. Penser la main du Moyen Âge à la médiévistique, de l’objet d’étude à la discipline, sera donc l’objectif de cette série de trois ateliers dont la dimension pédagogique sera renforcée par une organisation en deux temps : une première partie en matinée sera consacrée à des conférences et des discussions sur les usages de la main et des doigts au Moyen Âge ; des ateliers pratiques de présentation et utilisation des ressources digitales existantes à l’usage des étudiants de master et de doctorat se tiendront en seconde partie de journée. En associant de la sorte recherche et formation, les ateliers mettent en avant l’importance (toujours actuelle) des questionnements médiévaux quant aux liens entre corps et connaissance en même temps qu’ils font état des innovations technologiques et méthodologiques à l’œuvre dans les différentes disciplines de la médiévistique.

Ces ateliers sont ouverts à toutes et tous.

Inscriptions obligatoires pour accéder aux bâtiments  ci-dessous

Le vendredi 24 novembre 2017

Salle Picard, escalier C, 3e étage, 17 rue de la Sorbonne

14h-16h30 : Conférences : Communiquer et savoir : les gestes de la main et des doigts et leurs usages cognitifs »

  • Alex Novikoff (Kenyon college, Ohio):  Digital Scholasticism: The Ars Disputandi and the “Art” of Disputation
  • Francesca Aceto (EHESS): Savoir sur le bout des doigts ». Jeux, mathématiques et apprentissage au Quattrocento. Quelques études de cas.

17h-19h : Atelier « écrire sa thèse avec les outils numériques » : avec Mathilde Jourdain (Paris 1) et Franciska Heimburger (EHESS).

 

Le vendredi 1er décembre 2017

Salle de formation, Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne, 17 rue de la Sorbonne

10h-12h30 Conférences :« Produire avec la main : savoir-faire, recommandations, traces des pratiques »

  • 10h: Susan Rankin (Univ. Cambridge): Writing Sound: Designing Notation
  • 11h: Filippo Ronconi (EHESS): Le livre en tant qu’objet social : des matières premières à la reliure. Acteur sociaux et savoir-faire

14h : Atelier : « Levez les mains du clavier »

  • 14h : Marie Chaveneau (chanteuse lyrique et musicologue) : Main guidonnienne et chant expérimental
  • 16h15 : Maud Perez-Simon (Paris 3): Quels gestes dans les collections médiévales du Louvre? (RV à l’accueil des groupes du Louvre sous la pyramide)

 

Le vendredi 8 décembre 2017

Salle du CETHA, INHA, 6 Rue des Petits Champs, 75002 Paris

9h30-11h : Conférences : Anthropologie et symbolique du doigt et de la main

  • Eric Palazzo (Univ. Poitiers): Le sens tactile dans la liturgie médiévale
  • Pascal Texier (Univ. Limoges): La digitalisation médiévale du droit

11h30-13h30 : Atelier « N’gram une approche sauvage de la bibliométrie » avec Pierre-Olivier Dittmar (EHESS) et Vincent Jolivet (ENC).

INSCRIPTIONS OBLIGATOIRES POUR ACCÉDER AUX BÂTIMENTS:

 

 

Retour sur les sessions à Kalamazoo

Le cinquante-deuxième congrès de Kalamazoo a remporté un vif succès chez les médiévistes, une fois de plus. Et on peut en dire autant des sessions organisées sur place par l’IMS-Paris en partenariat avec le CESCM de Poitiers.

Les sessions consacrées au thème des signes dans leur rapport à l’identité/altérité ont donné lieu à sept présentations d’excellente tenue. Les intervenants, de formation et de spécialité différentes, ont su répondre à l’appel à communication avec originalité, abordant tour à tour l’identité sociale, religieuse et politique. Avec une grande cohérence, les sessions ont été l’occasion de mesurer combien les recours visuels de la culture médiévale jouent un rôle dans l’affirmation des identités et dans le rejet ou la stigmatisation de l’Autre. Dans l’image et dans le texte, les codes de ce que l’on voit disent ce qu’il faut entendre de ce qui est vu. Dans le cloître de Moissac (Kristine Tanton) ou dans les manuscrits de la traduction française du Rationale des divins offices (Pamela Nourrigeon), l’image définit l’appartenance à la communauté religieuse. Les exemples architecturaux évoqués par María Marcos Cobaleda proposent une image monumentale de l’identité spirituelle alors que le vêtement, avec ses ornements et leur évolution, associe le corps et l’être (Tina Anderlini). Les signes d’identité savent se montrer discrets parfois, comme dans le cas de la conduite chevaleresque évoquée par Steven Isaac, où le corps en mouvement et en posture devient image vivante d’un statut social, ou dans le cas des insignes épiscopaux déployés sur les tombes et les sceaux d’abbés. Dans tous les cas, le signe est bien au coeur d’un discours visuel, comme l’a montré Jerry Root à l’échelle des manuscrits montrant les images de la vie de saint Gilles.

Steven Isaac (Longwood University) lors de sa présentation à Kalamazoo

On ne peut que saluer la qualité des présentations des communicants qui, avec sérieux et enthousiasme, ont fait de ces deux sessions un très beau temps d’échange et de discussion. L’IMS-Paris tient à remercier tous les participants et le public nombreux qui invite déjà l’association à proposer de nouvelles sessions pour le Congrès de 2018.

Conférences de Meredith Cohen (Paris, mai 2017)

En mai, Meredith Cohen (UCLA), sera à Paris, en tant que directrice d’études invitée à l’EHESS.

Elle donnera un cycle de conférence dont voici le programme:

– « La Sainte-Chapelle et les Saintes-Chapelles » dans le cadre du séminaire d’Etienne Anheim, Commande et patronage. La production artistique dans les cours européennes (XIIIe-XVIe siècle)

Mercredi 17 mai 2017 – 17h-19h EHESS, 105 bd Raspail, salle 4.

 

– « Hiérarchie et ordre monumental. Un retour sur Panofsky ? » dans le cadre du séminaire Hiérarchies en Chrétienté médiévale

jeudi 18 mai 2017 – 15h-18H INHA, 2 rue Vivienne 75002 Paris, salle Mariette.

 

– « Past and Present, digitally reconstruct of the lost monuments of medieval Paris in 3D » dans le cadre des Lundis du numérique de l’INHA

Lundi 22 mai 2017, 18h-20h INHA, 2 rue Vivienne 75002 Paris, Salle Vasari.

– « Histoire de deux chapelles : la Saint-Chapelle de Paris et la Chapelle de la Vierge de Saint-Germain-des-Pré » dans le cadre de l’Atelier pédagogique

Mardi 23 mai 2017 – 15h-17h Musée national du Moyen Âge, 6 place Paul Painlevé – 75005 PARIS.

L’entrée aux séminaires est libre dans la mesure des places disponibles.

Programme du colloque de l’IMS « Le Mal au Moyen Âge »

Le prochain colloque annuel de l’IMS se déroulera à Paris du 29 juin au 1er juillet 2017 (Centre Mahler, 9 rue Mahler 75 004 Paris) et portera sur le thème du mal au Moyen Âge. Le programme est maintenant disponible. N’hésitez pas à le diffuser autour de vous !

 

Jeudi 29 Juin

9:00-9:30 : Inscriptions

9:30-9:45 : Accueil

9:45-11:15 Conférence d’ouverture: Gerald Guest (John Carroll University) : “Confronting Evil in Some Late Medieval Prayer Books”

11:15-11:30 : Pause café

11:30-13:30 Session 1 : Les origines du Mal

Anna Loba : “Politique, théologie et morale – lamentations sur le mal, lamentations sur les malheurs”

Greti Dinkova-Bruun : “Libera nos a malo: Discussion of Evil in the Preaching Manual Qui bene present

Jeremy Thompson : “Melancholy and Evil in High Medieval Mystics and Spiritual Writers”

Laura Campbell : “Ecological Evil and Original Sin: The Moralization of Nature in French Vernacular Versions of Genesis 2-3”

13:30 – 15:00 : Pause déjeuner

15:00-16:30 Session 2 : La marque de la Bête: la visualisation du Mal

Mihnae Mihail : “Bound to the Column. A Satan/Antichrist Hybrid in the Context of three Last Judgment Scenes in the Medieval Kingdom of Hungary”

Christine Kralik : “Facing Spiritual Corruption in the Three Living and the Three Dead in Late Medieval Strasbourg”

Sebastien Biay : “Musique du mal ou musique pour le mal? Sur le chapiteau dit de la musique profrane à Vézelay”

16:30-17:00 : Pause café

17:00-18:30 Session 3 : Identifier le Mal

Agata Gomółka : “The morphology of evil in stone sculpture, a practical note”

Raphael Guerin : “Des saints exorcistes : démons et paganisme dans les légendes apostoliques aquitaines du XIe et XIIe siècles”

Courtney Kneupper : “Recognizing Antichrist: Detecting the Evil One in Late Medieval Thought”

19:30 : Dîner et remise du prix de l’IMS-Paris 2017

Vendredi 30 juin

9.30-11:30 Session 4 : Le Bien vs. le Mal I – Représenter le Diable, Interpréter le Mal

Arina Zaytseva : “The Complexities of the Description of Evil in Processus satanae contra genus humanum

Gioia Filocamo : “The Devil in the poetical “contrasti” for those condemned to death in fifteenth-century Bologna”

Linda Dohmen : “The Devil in Disguise: Making Sense of Evil in Early Medieval Frankish Historiography”

11:30-12.00 : Pause café

12:00-13:30 Session 5 : Les griffes de Satan: objets et âmes corrompus

Francois Wallerich : “Le « pain des anges » entre les griffes de Satan. Quelles limites au pouvoir d’exorcisme de l’eucharistie ? (ca. 1100 – ca. 1320)”

Lisbeth Imer : “I conjure you sufferings, elves, and all demons …”: Aspects of the textual amulet tradition in Denmark and Europe

František Novotný : “Wolves, Poisons, Cloven Hoof: Cultural Exchanges and the Origins of the Witches’ Sabbath Imaginations”

13:30 – 15:30 : Pause déjeuner et Board meeting

15:30-17:30 :  Visite du Paris médiéval

Samedi 1 juillet

9:30-11:00 : Keynote Lecture : Mirielle Vincent-Cassy : “Humilité versus Mal”

11:00-11:30 Pause café

11:30-13:00 Session 6 : Le Bien vs. Le Mal II – Contre les péchés de l’Homme

Mathilde Grodet : “« Moie coupe, je m’en repent » : La conscience du mal dans les scènes de confession”

Jasmin Mersmann : “Evil Writing, or: The Devil as Book-keeper”

Florian Besson : “Les chevaliers du Christ détruisirent les satellites du diable 1 : vaincre le mal pendant la première croisade”

13:00 – 14:30 Pause déjeuner

14:30-15:30 : Assemblée générale

15:30-16:00 : Pause café

16:00-17:30 Session 7 : Le Mal de l’intérieur – L’Eglise et la ville sainte

Michael Barbezat : “Like Rejoices in Like: Interpreting the Similarity Between Good and Evil in the Context of Reform and Heresy”

Cheryl Kaufman : “The Role of Evil in the Textual and Visual Vitae of St. Ursus”

Valeria and Robecchi Russo : “Rome, tu t’es chargée d’un grave fardeau de mal : Une innovation rhétorique occitane dans la tradition anticléricale”

17:30 : Conclusions

19:30 : Apéritif de clôture

14th annual symposium of IMS – program

L’IMS sera à Kalamazoo dans quelques jours !

Comme c’est son habitude, l’IMS sera présent à Kalamazoo pour l’International Congress on Medieval Studies (11-14 mai 2017) et animera cette année trois sessions. Les deux premières, organisées en partenariat avec le Centre d’études supérieures de civilisation médiévale de Poitiers (France), seront consacrées aux marqueurs d’identité au Moyen Âge ; la troisième sera quant à elle dédiée au thème de la souffrance, en lien avec le sujet du prochain congrès de l’IMS.

Samedi 13 mai – 13h30 (session 428, en partenariat avec le CESCM) : Signs of Identity, Marks of Otherness: New Approaches to Visual Culture I

Thomas Lecaque, SUNY–Orange : A Bishop of War: Remembering Crusading Identity in the Cathedral of Le Puy

Steven Isaac, Longwood Univ. : William Marshal and Usama ibn Munqidh: Cross-Cultural Status Markers

Tina Anderlini, Independent Scholar : War on Fashion: The Use of Images and Marginalization against Fashion Phenomena  in the Twelfth and Thirteenth Century

Jerry Root, Univ. of Utah : Image, Sequence, Narrative: The Marks and Signs of Identity in the Illuminated  Manuscripts of the Theophilus Legend

Samedi 13 mai – 15h30 (session 480, en partenariat avec le CESCM) : Signs of Identity, Marks of Otherness: New Approaches to Visual Culture II

Kristine Tanton, Univ. of California–Los Angeles : Inscribed Capitals in French Romanesque Cloisters: Monastic Identity and Bounding Space

Anne Heath, Hope College : Mitre, Crozier, and Ring: Representations of Benedictine Abbots in the Late Middle Ages

Pamela Nourrigeon, Univ. de Poitiers : Think the Other through the Image: Anti-Jewish Discourse in the Medieval Manuscript

María Marcos Cobaleda, Instituto de Estudos Medievais, Univ. Nova de Lisboa : The Construction of the Identity of Islamic Societies throughout the Arts: Encounters and Confrontations in Late Medieval Mediterranean (Twelfth–Fifteenth Centuries)

Dimanche 14 mai – 8h30 (session 517) : Resplendent Pain

Meghan Nestel, Arizona State Univ. : Pain, Rapture, and Community in the Life of Saint Douceline

Andreea Marculescu, Univ. of Oklahoma : Painful Demons: Performance and Embodiment in Medieval Drama

Sarah Gillette, Western Michigan Univ. : “Jo sui tols desnaturés!”: Pain and the Medicalization of Lovesickness in the Thirteenth-Century Roman de silence

L’IMS-Paris a l’immense plaisir d’annoncer que Pamela Nourrigeon, docteur en histoire de l’art médiéval et membre du CESCM de Poitiers, est la lauréate du prix « Edwards Memorial Travel Award » décerné par l’organisation du Congrès. Nous invitons tous les médiévistes sur place à nous rejoindre pour ces trois sessions et rencontrer les membres de l’IMS-Paris à cette occasion.

Le programme complet du Congrès est disponible ici.

 

 

séminaire des doctorant.e.s du LAMOP

Voici le programme des doctorant.e.s du LAMOP
2016-2017

Organisatrices  :  Albane  Schrimpf  (albane.schrimpf@gmail.com),  Anne-Laure  Alard-Bonhoure (annelaure.alardbonhoure@gmail.com) et Cléo Rager (Cleo.Rager@univ-paris1.fr) .

Le séminaire a lieu les mercredi de 18h à 20h en salle Perroy. Chaque séance se divise entre une discussion autour d’outils ou d’expériences propres aux doctorants (30 à 45 minutes) et la présentation d’un domaine historiographique et de ses renouveaux (1h15 à 1h30).

Mercredi 28 septembre 2016 : Pot de rentrée

Mercredi 26 octobre
Atelier :  Léa  Hermenault et  Julie  Gravier  :  Discussion  sur  l’interdisciplinarité  autour  de  l’article  « Faire dialoguer  l’archéologie,  la  géographie  et  l’histoire :  retour  d’expérience  sur  quelques  enjeux  de l’interdisciplinarité entre ces sciences humaines et sociales », Archéo.doct, n°11, (à paraître).
Guillaume ROQUEFORT : « Construire en Pays d’Aude du X e  siècle au XV e  siècle : évolution technique des ouvrages civil et militaire ».

Mercredi 30 novembre
William BLANC : Présentation de l’ouvrage à paraître Le roi Arthur, un mythe contemporain, Libertalia, sortie 3 novembre 2016.

Mercredi 25 janvier 2017
Atelier : Retour d’expérience d’un jeune docteur : Mélanie Morestin-Dubois, « La rédaction de la thèse ».
Olivier DE  CHÂLUS : « Comprendre l’incidence qu’ont les voûtes dans le développement des techniques de construction au XIII e  siècle : pourquoi/comment ? Enjeux et approche méthodologique ».

Mercredi 22 février
Atelier :  Mathilde  Jourdan :  présentation  de  2  logiciels :  Evernote  (carnets  de  notes  virtuels)  et  Scrivener (logiciel de rédaction).
Cécile SABATHIER : « Relire le chantier médiéval : les enjeux récents de l’histoire de la construction ».

Mercredi 29 mars
Atelier : Retour d’expérience d’un jeune docteur
Mélissa BARRY « Between History and Literature : researching representations of ethnic and national alterity in late-medieval England as a historiographical challenge ».

Mercredi 26 avril
Séance  commune  avec  les  Apéritifs  de  l’IMS :  « historiographie  et  perspectives  de  recherches  anglo-saxonnes ».

Mercredi 31 mai
Atelier : André VITÒRIA, « Les post-doc et opportunités de financements à l’étranger »
Florie VARITILLE « Nice et ses princes : une ville à la lumière des histoires politique et urbaine ».

Un dimanche de juin (date précise à venir) : visite de Provins

Appel à communication pour le congrès de l’IMS 2017

poster2017

Le Mal
Paris, 29 juin-1er juillet 2017

Pour son 14 ème congrès annuel, l’International medieval Society-Paris lance un appel à communication sur le thème du Mal au Moyen Âge. La notion de « mal », et les tensions qu’elle révèle dans la relation intérieur/extérieur, s’inscrit dans les tendances actuelles de la recherche concernant le corps, la limite, l’altérité, etc. Le corps au Moyen Âge présente souvent les indices d’une perméabilité entre une conception morale du Mal et d’autres acceptions du terme. Une apparence monstrueuse est ainsi perçue comme l’indice de dispositions internes, et la maladie peut être vue comme le reflet de la nature maléfique de la personne souffrante. De façon générale, le Mal peut être envisagé pour lui-même, en tant qu’idéologie spécifique, et au travers d’actions, de comportements ou d’êtres particuliers. Le Mal fait son apparition dans le monde à travers des actes intentionnels et des accidents, à travers l’intervention démoniaque et dans la faiblesse et le péché de l’homme. Il prend racine dans la colère, s’exprime dans la violence, s’empare de l’ignorance, jaillit de la nature aussi bien que de l’humanité. Parallèlement à ces travaux sur le corps et la monstruosité, la question du Mal a aussi été abordée par les études sur les limites de la responsabilité morale, et les liens entre le destin et le choix tels qu’ils se reflètent dans les productions littéraires, artistiques et historiques. Le 14 ème congrès annuel de l’IMS entend ainsi aborder de nombreuses facettes du Mal au Moyen Âge, en analysant les points de contact entre le mal en tant que notion et le mal en tant que manifestation, et en tenant compte des réponses médiévales au Mal et de leurs effets éventuels.

Le congrès explorera, sans s’y limiter cependant, trois thèmes principaux :
1)  Le Mal : notions et concepts : les discours moraux et les liens entre Mal et moral ; réflexions sur les relations entre le Bien et le Mal ; hérésie et croyances hérétiques ; enseignements et textes abordant la question du Mal ; le Mal et le péché ; le Mal et la conscience ; les liens entre le Mal, le diable et l’enfer ; les types de comportements et de pensées maléfiques ; les catégories du Mal ; le Mal comme désordre et chaos ; le Mal comme corruption ; le Mal et l’humain.

2)  Le Mal incarné, l’être mauvais, les êtres mauvais : la monstruosité ; les démons ; les regards sur la difformité et la défiguration ; le Mal, les transformations et les métamorphoses ; la magie et le surnaturel ; les signes extérieurs du Mal (le vêtement, les biens matériels) ; les objets et le Mal.

3)  Les réponses au mal : les punitions ; purger et exorciser le Mal ; l’inquisition ; parler du Mal ; les mises en garde contre le Mal (texte, image, musique) ; les moyens d’éviter le Mal et de s’en
protéger (talismans…) ; la tentation du Mal ; les émotions face au Mal ; l’exclusion sociale comme réponse au Mal. La diversité des thématiques ouvre à la participation de chercheurs de différentes formations et domaines d’expertises : historiens, historiens de l’art, musicologues, philologues, littéraires, spécialistes des sciences auxiliaires (paléographes, épigraphistes, codicologues, numismates)… Bien que l’IMS-Paris se concentre plutôt sur l’espace de la France médiévale, les propositions pertinentes concernant d’autres régions sont les bienvenues. En réunissant des propositions aussi diverses, le colloque de l’IMS entend poser un nouveau regard sur la notion de Mal dans la culture médiévale.
Les résumés de 300 mots maximum (en français ou en anglais) pour une communication de 20 minutes devront être adressés par courriel à communications.ims.paris@gmail.com au plus tard le 5 novembre 2016.

Veuillez inclure également vos coordonnées complètes, un CV, et une liste indicative de tout équipement audiovisuel nécessaire pour votre présentation. Le processus de sélection des propositions est très compétitif et s’effectue en préservant l’anonymat des
propositions. L’IMS-Paris fera connaître sa réponse par courriel en le fin de novembre. Les titres des communications retenues seront disponibles sur le site internet de l’IMS. Les auteurs dont les communications auront été retenues prendront en charge leurs dépenses personnelles de voyage et leurs frais d’inscription au colloque (35 € par personne, tarif réduit pour les étudiants, gratuit pour les membres de l’IMS). L’IMS-Paris est une association interdisciplinaire et bilingue (français-anglais) créée pour favoriser les échanges entre les médiévistes qui effectuent des recherches, travaillent ou étudient en France. Pour plus d’informations sur l’IMS et le calendrier des colloques des années passées, merci de consulter notre site

internet : http://www.ims-paris.org et https://imsparis.hypotheses.org/
IMS-Paris Prix pour doctorants

La Société Internationale des Médiévistes propose un prix qui sera décerné pour la meilleure proposition de communication de la part d’un(e) doctorant(e). Le dossier de candidature comprendra:

1) la proposition de communication,
2) une esquisse du projet de recherche actuel (thèse de doctorat),
3) les noms et coordonnées de deux références universitaires.
Le lauréat sera choisi par le bureau de l IMS-Paris et un comité de membres honoraires ; il en sera informé dès l’acceptation de sa proposition. Une prime de 150 euros pour défrayer une partie des coûts d’hébergement et de transport à Paris depuis la France (350 euros depuis l’étranger) lui sera versée lors du Congrès.

Étudier, rechercher, échanger le Moyen Âge

Le carnet de recherche est créé afin de présenter les activités de formation et de recherche de l’International Médiéval Society-Paris, une association destinée à faciliter et à faire connaître les recherches sur le Moyen Âge en France. Le premier objectif de la Société Internationale des Médiévistes est d’optimiser l’expérience de la recherche universitaire en fournissant des informations et en aidant à accéder aux nombreuses opportunités offertes aux médiévistes à Paris et en France. En facilitant les communications entre les chercheurs isolés et les différentes institutions françaises par des réunions, des présentations et des visites, la Société vise à améliorer les échanges universitaires et à promouvoir les études internationales et interdisciplinaires. La Société Internationale des Médiéviste a été fondée en juin 2003. Pendant sa première années, elle a rapidement grandi à la fois en taille et en diversité, comptant aujourd’hui parmi ses membres des historiens de l’art et de l’architecture, des historiens des textes, des musicologues et des spécialistes de littérature venus d’Allemagne, du Canada, des Etats-Unis, de France, d’Israël, du Royaume-Uni et de Suisse. La Société est une association coopérative qui repose sur la participation de ses membres pour atteindre ses objectifs. Dans le futur, elle espère offrir des bourses à des chercheurs de tous niveaux et publier une revue internationale et interdisciplinaire. La Société organise chaque année des rencontres scientifiques et des ateliers de formation. Le carnet a pour objectif de présenter ces différentes activités, d’en donner des résumés et des comptes rendus, de publier les informations pratiques destinées aux chercheurs étrangers en France, d’annoncer la publication des travaux de ses membres, etc.