Campus Condorcet

Depuis 2015, l’IMS-Paris coorganise une série d’ateliers proposés en collaboration avec le LAMOP (UMR 8589 – CNRS/Paris 1), l’EA 173- CERAM de Paris 3, l’EA 7322 de Paris 8 et le GAHOM (EHESS).  Ils ont aussi reçu le soutien de Medium Aevum et de the American University of Paris.

SOMMAIRE

Présentation des ateliers printemps 2015

Présentation des ateliers 2015-2016

Présentation des ateliers 2016-2017

 

 

Pour 2015-2016, ces ateliers intitulés « Médiévistique et sciences sociales : regards historiographiques croisés » ont obtenu le financement du campus Condorcet afin de développer le dialogue international entre les chercheurs et les chercheuses travaillant sur le Moyen Âge français. Ces financements ont en effet permis d’inviter des chercheurs et chercheuses en histoire, histoire de l’art, littérature, philosophie ou musicologie, de traditions et d’écoles historiographiques et nationales différentes, grâce au vaste réseau tissé au sein de l’IMS-Paris. Autour de ces thématiques, il s’agira plus précisément de :

  • dresser des bilans critiques de l’état de la recherche afin de mettre en lumière le décalage parfois important entre l’émergence de tendances théoriques et/ou de pratiques méthodologiques liées au développement des humanités numériques et leur appropriation par une communauté scientifique large,
  • de mettre en valeur et comprendre les différences de perspective sur ces thématiques, grâce aux outils des sciences sociales.

L’objectif de ces rencontres est de faciliter la compréhension et donc l’appropriation des renouvellements historiographiques dans les études médiévales, notamment à l’étranger, et qui sont utilisés par des chercheurs et des chercheuses travaillant sur la France médiévale. En offrant le temps et l’espace de la réflexion collective, de la confrontation des idées et du partage d’expériences scientifiques, l’atelier se présente comme un incubateur pour de nouvelles orientations thématiques, mais aussi pour une mise à l’épreuve des frontières disciplinaires et une redéfinition des outils théoriques de la médiévistique. La parution d’un ouvrage majeur en France ou à l’étranger, ou une réflexion critique sur les travaux qui ont marqué l’histoire de la discipline fournissent l’occasion d’inviter les chercheurs proches de ces courants pour présenter et discuter des apports théoriques et critiques, en donnant la parole à des scientifiques d’orientations ou de nationalités différentes.

PRINTEMPS 2015

Affiche Regards croisés printemps 2015Le premier avait pour thème l’Animal. Il a réuni Susan Crane (Columbia, NY), J. Voisenet (Univ. Toulouse), P.-O. Dittmar (EHESS), C. Lucken (Univ. Paris 8).

Le second, autour du Genre, réunissait R. Brown-Grant (Univ. of Leeds), J. Foehr-Jansens (Univ. Genève), D. Lett (Univ. Paris 7) et A. Paupert (Univ. Paris 7).

Le troisième atelier sur l’Image avait pour intervenants, H. Maguire (Johns Hopkins University), J. Wirth (Université de Genève) et P. Boucheron (Université Paris I).

Voir les compte-rendus ci-dessous.

 

COMPTE-RENDU DE LA SÉANCE ANIMAL

Cette première séance de la série d’ateliers proposés par l’IMS-Paris, qui réunissait une trentaine de participants, a eu lieu le 27 mars 2015 à la Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne et s’est terminée par une visite de la Réserve où quelques manuscrits médiévaux en lien avec le thème des animaux nous ont été présentés par la conservatrice Jacqueline Artier.

Les intervenants composaient un panel d’historiens et de littéraires représentant les nouvelles manières de penser l’animal au Moyen Âge. Irène Fabry-Tehranchi (université de Reading, UK) et Fanny Madeline (CNRS) ont introduit les intervenants et ont modéré la session.

En ouverture, Jacques Voisenet qui a fait sa thèse à l’université de Toulouse II a offert une histoire et un état du champ des études sur les animaux telles qu’elles se sont faites en France depuis les années 1980, en situant son propre travail dans la continuité de ces travaux, qui n’ont cessé de reconnaître l’importance croissante des animaux quelques soient les disciplines étudiant le Moyen Âge. L’origine de ce champ remonte, selon lui, en France aux travaux sur la « zoohistoire » tels quels ceux de Robert Delors sur le commerce des fourrures médiévales et à la parution de Les Animaux ont une histoire (1984), puis de nouvelles approches se sont développées à la suite des travaux de Jacques Le Goff qui questionna notamment la relation entre l’image et le texte. Voisenet évoqua ensuite les premiers travaux des historiens qui furent surtout consacrés aux représentations de l’animal, plutôt qu’aux sources et aux origines de ces représentations. Dans le texte médiéval, les animaux étaient vus comme dociles et comme faisant partie d’un système ordonné en lien avec la genèse, il y étaient souvent décrits de manière ambivalente comme naturels ou comme des guides miraculeux vers le ciel ou l’enfer. S’appuyant sur de nombreux exemples, Voisenet évoqua les premières représentations des animaux dans l’œuvre de Dhuoda, Augustin, Isidore de Séville et les bestiaires tels que le Physiologus de Berne (Burgerbibliothek, Codex Bongarsianus 318). Chacun d’entre eux pensaient comprendre le rôle des animaux à travers des typologies, des catégorisations, des signes et des métaphores qui illustrent toujours de manière puissante à quel point les animaux colonisaient l’imaginaire médiéval. Il conclut sur le fait qu’il y avait un vocabulaire extrêmement varié associé aux animaux – métaphorique, emblématique, allégorique, représentationnel – qui se diversifia à la fin du haut Moyen Âge, reflétant l’émergence d’un nouveau système de valeurs.

Bestiaire d’Oxford. MS. Ashmole 1511, fol. 1

Christopher Lucken (Université Paris 8/Genève) prit ensuite la parole et proposa de regarder les représentation des animaux dans les fables, les exempla et les farces en prenant comme point de départ des passages d’un poème du trouvère champenois Gilles de Vieux-Maisons (nom de l’œuvre à préciser). Il parla ensuite de l’importance qu’il y avait à nommer les choses au Moyen Âge, notamment parce que, à l’instar d’Adam qui eut pour mission de nommer les créatures de Dieu, c’est une capacité de l’homme qui lui permet de se différencier des animaux, ainsi de « savoir » en nommant. Cette capacité fait écho également à la création divine et à la domination du sujet nommé. Pour Lucken, les animaux étaient conçus de trois manières différentes au Moyen Âge : comme des humains, bien que sans langage et essentiellement différents ; comme une catégorie en soi, distincte de celle des végétaux et des humains, ou alors comme des êtres complètement ignorants, sans raison, des bêtes ou des brutes. En évoquant l’influence d’Isidore de Séville, Lucken a également insisté sur la nécessité de catégoriser les animaux au cours du Moyen Âge afin de mieux comprendre la catégorie d’ « humain », et c’est en ce sens que le langage constitue un mode de distinction entre ce qui est essentiel à l’humanité en dépit du fait que l’homme peut tout aussi bien être ultimement réduit à l’état animal. Enfin, il acheva son exposé avec Aristote selon les considérations de Boèce sur le logos qui constituerait un aspect inhérent à l’expérience humaine. Lucken met ainsi en lumière la porosité des frontières entre l’homme et l’animal telle qu’elle s’exprimait dans la philosophie mais aussi dans les vers des trouvères.

Susan Crane (Columbia University) prit ensuite la parole pour évoquer le changement de paradigme qui bouleverserait actuellement le champ des Animal Studies. Citant les tendances récents de ce champ, Crane fit remarquer l’intérêt croissant, au delà des considérations symboliques et des études sur les représentations des animaux, pour une approche plus conceptuelle qui interroge les aspects éthiques, écologiques et cognitifs des animaux médiévaux. Alors que les approches classiques considéraient les humains comme des êtres distincts et supérieurs aux animaux non-humains, elle évoqua le travail de théoriciens tels que Bruno Latour (Nous n’avons jamais été modernes, 1991) qui résistent à cette conception binaire en relativisant les catégories modernes de nature/culture et humain/animal. En reprenant l’œuvre de St Augustin, Crane analysa quelques questions éthiques autour des relations humain-animal qui n’ont pas encore été explorées, affirmant que les questions littéraires et philosophiques autour de la conscience, la cognition et la souffrance animales demandent encore à être étudiées. Pour Crane, en effet, il y a beaucoup à gagner en déplaçant notre regard des figurations animales vers leurs expériences de vie et sur ce qui les rend vivant, ainsi que vers l’inscription de la dynamique humain/animal au sein des structures sociales. Pour illustrer son propos, Crane développa un exemple issu de miracles d’animaux, alors que ceux-ci sont souvent exclus des analyses, pour montrer l’une des manières par lesquelles les interactions animales sont conservées et valorisés dans les textes médiévaux à l’instar de la collection des Vie et Miracle de Ste Modwenna de Geoffrey de Burton (Oxford 2002). Sa lecture de l’histoire miraculeuse du « Loup et de la Vache » cherche ainsi à aller au delà des représentations symboliques des animaux dans leurs relations avec les humains pour comprendre les perceptions qu’avaient les hommes du Moyen Âge des comportements inter-espèces. Ainsi, Crane établit un lien entre les changements « miraculeux » du comportement des chiens, ainsi que le glissement des interactions entre chien, loup et vache, avec les techniques réelles de dressage des animaux au Moyen Âge et de domestication qui existent encore aujourd’hui.

Pierre-Olivier Dittmar (EHESS, Paris) présenta en dernier ses analyses sur l’historicité de l’animalité conçue par les historiens modernes. Il affirma ainsi que notre approche moderne est indéniablement influencée par le mouvement de naturalisation qui débute au XVIIIe siècle et qui divise l’homme et l’animal en deux catégories séparées et qui définit ultimement l’animal comme le négatif de la projection humaine. Ainsi, nous avons donc l’impression que l’animal n’a pas d’histoire. Une marmotte aujourd’hui serait la même qu’au 14e siècle. Au-delà du fait qu’il s’agit d’une perspective relativement moderne, cette idée d’animal a-historique sert également toute une série de conceptions conservatrices de la sexualité lorsqu’elle est associée aux animaux, comme par exemple : l’homme est naturellement un chasseur tandis que la femme élève naturellement la progéniture du couple. Pour aller à l’encontre de ces conceptions, Dittmar insiste sur le fait que les historiens devraient penser au-delà de ces paradigmes modernes et considérer l’anthropologie animale comme un champ offrant de grandes potentialités pour réaliser ce changement de regard. L’histoire de l’exploitation économique des animaux, par exemple, continue à rester unidimensionnelle, et il fit observer que les humains et les animaux ont rarement été étudiés ensemble dans l’anthropologie. Comme Crane, Dittmar conclut en insistant sur le fait que les historiens ont commencé à regarder au delà des analyses symboliques et des représentations animales dans le texte, mais remarque aussi le fait que les animaux constituent le parent pauvre de la recherche historique en France. Il propose de revitaliser ce sujet en l’abordant de manière plus ontologique, en les reconsidérant plutôt comme des interlocuteurs, des individus et des acteurs des diverses facettes de la société médiévale.

Rachel D. Gibson (University of Minnesota)/ trans. F. Madeline

Adam et l’astragale. Essais d’anthropologie et d’histoire sur les limites de l’humain,  éd. P.-O. Dittmar avec G. Bartholeyns, T. Golsenne, M. Har-Peled et V. Jolivet,  Paris, Editions de la MSH, 2009.

S. Crane, Animal Encounters. Contacts and concepts in Medieval Britain, Pennsylvania Press, 2013.

Devenir-Animal, Images Re-vues. Histoire, anthropologie et théories de l’art, 6, 2009 (www.images.revues.org/88).

L’Humain et l’animal dans la France médiévale (XIIe-XVe s.) – Human and Animal in Medieval France (12th-15th c.), éd. I. Fabry-Tehranchi et A. Russakoff, Rodopi, Amsterdam-New-York, 2014. Compte-rendu dans CRMH.

 

COMPTE-RENDU DE LA SÉANCE GENRE/GENDER

The International Medieval Society workshop on Gender in Medieval Studies was held at the American University in Paris and moderated by Irene Fabry-Tehranchi (university of Reading) and Anna Russakoff (American University in Paris).

Professor Didier Lett, from Université Paris VII began the first talk: a captivating introduction to gender from a French perspective. He said that there is still a real shortage of French historians working on this topic, and that after a brief surge in interest in the years 2000, gender studies have again recently seen a slump. This is possibly because of tensions on the French political scene surrounding the legalisation of marriage and adoption for same-sex couples in 2013, opposed by conservative groups criticising what they call ‘la théorie du genre’.

Similarly, when discussing a core problem of how gender is viewed amongst French academics, he warned that many wrongly presume studies of gender to be the same as studies of the history of women. Lett stated that this misconception may be why there are negative connotations of those who study gender; he jokingly despaired of those who had heard his research interests and asked him, “Why? Are you a feminist?” This political link has to be rejected, he argued, because including analysis of gender is a vital tool for academics of the Middle Ages. He warned, however, that this tool through which we can consider and analyse aspects of medieval societies, should not be used in isolation but within its context, alongside other factors such as position and status in society. Lett gave the example that a female slave should not be considered on the same terms as a noblewoman, just on account of their gender.

Next to present was Professor Rosalind Brown-Grant from Leeds University. This was a perfect paper to follow on from Lett’s as Prof. Brown-Grant gave an introduction from a British perspective, explaining that the last thirty years have seen a huge development of work on gender in Anglophone social history. Drawing our attention to studies analysing gender in medical, legal and literary contexts, she explained that the experience of studying gender in France simply does not match the recent trends in Anglophone publications and trends. Interestingly, Brown-Grant also underlined the importance for context in studying giving the example of how a young single male would have had completely different aspirations and responsibilities to a married man; just like now, gender is not the only category that should be considered when analysing society. She then turned her talk to Christine de Pisan, known for her pioneering texts on women’s position within society. Her conclusion that de Pisan thought men and women were different but all equal in terms of their humanity was fascinating, as it underlined just how far debates and views on gender roles and distinctions were as alive in the Medieval period as they are now.

Codex Manesse Bernger von Horheim

Professor Yasmina Foehr-Janssens from Geneva University continued the workshop, considering the different ways that gender can be used as a tool in analysing medieval literature, such as analysing the different roles the authors gave women and by studying the ways in which women were categorised in medieval literature. Importantly, again it was highlighted that context is essential, a real theme that came out strongly from all speakers; Foehr-Janssens gave an example of this from her research, which has focused on the social choices made by widows and single women, such as some widows actively deciding not to remarry to preserve authority and independence. This highlighted what all of the speakers cautioned against: gender is not an isolated concept.

The last paper came from Professor Anne Paupert, from Université Paris VII, who, like Prof. Lett, reminded us just how underrepresented medieval women were in Francophone studies, due to both the skew in sources written by men and attitudes of many French academics. She too had been subject to confused academics asking her why she would want to research and publish on gender. She then went on to introduce the problems of “making women talk” in the Middle Ages, underlining important work on the different uses of certain grammatical features between male and female speakers in literature.

All four academics then participated in a round table discussion. What was fascinating was the difference in experience across the room to the central theme of the workshop; Lett said that some young academics are reluctant to define themselves as ‘feminists’, as that word tends to have negative connotations, whereas an American academic pointed out that gender studies have now become more specialised. For example, Yasmina Foehr-Janssens’ current research is on motherhood, and on the ways in which medieval society thought about breastfeeding.

When concluding the workshop, we talked about ways to move forwards with such a gap in experience. Paupert repeated her concern that it is not important to be a specialist in gender, but that it is a vital tool which should be used by everybody. Brown-Grant concluded that it is important to show students just how relevant studies of gender in the Middle Ages are still relevant to today’s debates and representations.

Charlie Crouch (University of Reading)