Retour sur les sessions à Kalamazoo

Le cinquante-deuxième congrès de Kalamazoo a remporté un vif succès chez les médiévistes, une fois de plus. Et on peut en dire autant des sessions organisées sur place par l’IMS-Paris en partenariat avec le CESCM de Poitiers.

Les sessions consacrées au thème des signes dans leur rapport à l’identité/altérité ont donné lieu à sept présentations d’excellente tenue. Les intervenants, de formation et de spécialité différentes, ont su répondre à l’appel à communication avec originalité, abordant tour à tour l’identité sociale, religieuse et politique. Avec une grande cohérence, les sessions ont été l’occasion de mesurer combien les recours visuels de la culture médiévale jouent un rôle dans l’affirmation des identités et dans le rejet ou la stigmatisation de l’Autre. Dans l’image et dans le texte, les codes de ce que l’on voit disent ce qu’il faut entendre de ce qui est vu. Dans le cloître de Moissac (Kristine Tanton) ou dans les manuscrits de la traduction française du Rationale des divins offices (Pamela Nourrigeon), l’image définit l’appartenance à la communauté religieuse. Les exemples architecturaux évoqués par María Marcos Cobaleda proposent une image monumentale de l’identité spirituelle alors que le vêtement, avec ses ornements et leur évolution, associe le corps et l’être (Tina Anderlini). Les signes d’identité savent se montrer discrets parfois, comme dans le cas de la conduite chevaleresque évoquée par Steven Isaac, où le corps en mouvement et en posture devient image vivante d’un statut social, ou dans le cas des insignes épiscopaux déployés sur les tombes et les sceaux d’abbés. Dans tous les cas, le signe est bien au coeur d’un discours visuel, comme l’a montré Jerry Root à l’échelle des manuscrits montrant les images de la vie de saint Gilles.

Steven Isaac (Longwood University) lors de sa présentation à Kalamazoo

On ne peut que saluer la qualité des présentations des communicants qui, avec sérieux et enthousiasme, ont fait de ces deux sessions un très beau temps d’échange et de discussion. L’IMS-Paris tient à remercier tous les participants et le public nombreux qui invite déjà l’association à proposer de nouvelles sessions pour le Congrès de 2018.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *